/news/world

Trudeau et Guaido veulent une élection «libre et juste» au Venezuela

Agence France-Presse 

Le premier ministre Justin Trudeau et l'opposant vénézuélien Juan Guaido ont appelé dimanche à l'organisation d'une élection présidentielle «libre et juste» au Venezuela en raison de l'«illégitimité» du régime de Nicolas Maduro.

MM. Trudeau et Guaido ont convenu dans un entretien téléphonique à la veille d'une réunion à Ottawa du groupe de Lima -qui compte plusieurs pays latino-américains et le Canada- qu'il était «important que la communauté internationale envoie un message clair concernant l'illégitimité du régime Maduro et le respect de la Constitution vénézuélienne», selon un communiqué du cabinet du chef du gouvernement canadien.

À lire aussi: Maduro rejette l'ultimatum européen pour une nouvelle présidentielle

Les deux hommes se sont en outre prononcés en faveur de l'organisation d'une présidentielle «libre et juste», a ajouté le cabinet.

Juan Guaido, le chef du Parlement et rival du président socialiste Nicolas Maduro, s'est proclamé mercredi dernier président par intérim du Venezuela, affirmant que la Constitution l'autorisait à le faire.

L'opposition estime, en effet, qu'il existe un vide du pouvoir dans la mesure où elle juge illégitime le second mandat pour lequel M. Maduro a été investi le 10 janvier.

Dans son entretien avec M. Trudeau, M. Guaido s'est dit «déterminé à assurer une transition pacifique vers la démocratie, conformément à la Constitution vénézuélienne», selon le communiqué diffusé par Ottawa.

Les Vénézuéliens, dont le pays était autrefois le plus riche d'Amérique latine grâce à ses revenus pétroliers, sont désormais confrontés à de graves pénuries de vivres et de médicaments, ainsi qu'à une inflation galopante.

Hormis la réitération de son soutien à M. Guaido, le premier ministre canadien a déclaré que la 10e réunion ministérielle du Groupe de Lima porterait sur «la façon dont la communauté internationale peut appuyer davantage la population du Venezuela, y compris au moyen d'une aide humanitaire immédiate».

Le Groupe de Lima a été créé en août 2017 pour contribuer à un règlement pacifique de la crise au Venezuela.

Mardi, ses 14 pays membres se sont dits contre toute intervention militaire au Venezuela pour renverser le président Maduro.

Outre le Canada, les États-Unis, la France, l'Allemagne, l'Espagne, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni et de nombreux pays d'Amérique latine, dont la Colombie et le Brésil, ont apporté leur soutien à Juan Guaido.

En revanche, la Russie, la Chine, la Turquie et l'Iran soutiennent Nicolas Maduro.

Dans la même catégorie