/news/law

Absolution conditionnelle pour un ado des Pères maristes

Sophie Côté | Journal de Québec

Le premier adolescent du Séminaire des Pères maristes qui avait plaidé coupable en octobre à une accusation de leurre à l’endroit d’une collègue de classe a reçu une absolution conditionnelle. Il devra participer à une médiation avec sa jeune victime et faire un don de 350$ à l’organisme SOS Suicide Jeunesse.

La juge Sylvie Côte, en Chambre de la jeunesse, a entériné la suggestion commune de la Couronne et de la défense lundi matin au palais de justice de Québec.

Charles (prénom ficitf), 14 ans, était présent en compagnie de ses parents, tout comme sa victime, accompagnée de sa mère.

À LIRE ÉGALEMENT:

«J.E.» | «J'ai l'impression que l'école n'a pas bien protégé nos filles»

Bien qu’il s’agisse d’un crime grave, a souligné la magistrate, plusieurs facteurs atténuants, dont le degré peu élevé de maturité de l’accusé et son rôle plus limité dans les événements, ont milité en faveur de cette peine.

Charles et sa victime, Florence (prénom ficitf), ont accepté de participer à un processus de médiation, sous l’égide de l’organisme Équijustice.

Avec ses économies, l’adolescent fera également un don à SOS Suicide Jeunesse, un organisme choisi par la victime.

Cette dernière a été très affectée par les événements, jusqu’à penser mettre fin à ses jours. Elle a été hospitalisée 5 semaines en raison de ses idées suicidaires. D’autres adolescents qui ont été accusés dans cette affaire avaient aussi obtenu des images d’elle nue.

Dans le cas de Charles, il avait convaincu Florence, une amie, de lui envoyer une photo d’elle nue, puis une vidéo, en mars 2018.

Dans la même catégorie