/news/culture

Engouement monstre pour The Offspring à Trois-Rivières

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

Plus de 30 ans après la sortie de son premier album, le groupe The Offspring fait encore courir les foules. Quelques heures à peine après l’annonce de sa venue au FestiVoix de Trois-Rivières, tous les billets VIP, d'avant-scène et prestige ont été vendus, ne laissant aux fanatiques de la formation que les passeports réguliers d’admission générale.

Le groupe, qui a vendu plus de 40 millions d’albums à travers le monde, s’arrêtera en Mauricie le 28 juin. «C’est probablement le plus gros spectacle de notre histoire. Ça fait trois ans qu’on essaye de les avoirs, qu’on négocie, qu’on les suit... et là, enfin, ils seront chez nous. On est vraiment, vraiment contents», explique le directeur général du Festivoix, Thomas Grégoire.

Avec leur musique punk-rock, les musiciens de The Offpspring ont multiplié les succès radio tels que « The Kids Aren’t Alright», «Pretty Fly (For A White Guy)», «Hit That» et «Come Out And Play».

L’annonce de leur venue au Festivoix s’est répandue comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. «Ils ont six millions d’abonnés Facebook à travers le monde. Le simple fait qu’ils mettent sur leur page notre nom, notre logo, c’est une incroyable visibilité. Ce matin, j’ai vu des gens du Japon ¨retweeter¨ la nouvelle annonçant leur venue ici. On a vendu des passeports à des gens de la France ce matin», se réjouit la directrice des communications du FestiVoix, Anne Boucher.

Un virage?

Il y a eu Hedley en 2016, Billy Talent l’année suivante, Bad Religion et Three Days Grace l’an dernier. Le festiVoix se fait-il un devoir de satisfaire les amateurs de punk et de rock chaque année?

«La crédibilité du festival est forte auprès des agences qui représentent ces groupes. Ça nous amène chaque année des opportunités de plus en plus importantes», reconnaît Thomas Grégoire.