/news/culture

Fin de la version papier pour le média culturel «Voir»

Agence QMI 

Trente-deux ans après sa fondation, le média culturel «Voir» va cesser de publier sa version papier et devenir un média exclusivement numérique.

Le PDG de Mishmash Média, Nicolas Marin, a confirmé jeudi à l’Agence QMI que l’édition janvier-février de «Voir» sera la dernière à avoir roulé sur les presses. Elle est disponible depuis la semaine dernière et des copies demeureront en kiosque jusqu'à la fin du mois.

«Cette décision n’est pas précipitée, a indiqué M. Marin, par courriel. Au fil des derniers mois, nous nous sommes penchés sur les attentes des lecteurs et du marché envers un média culturel et avons réalisé que nous sommes capables de livrer un produit plus dynamique, utile et durable en nous concentrant sur nos plateformes numériques.»

Il n’y aura pas de mises à pied, selon le PDG de Mishmash Média.

Le rédacteur en chef de «Voir», Simon Jodoin, a indiqué qu’imprimer un magazine chaque semaine depuis trois ans (d’abord un journal, le «Voir» a pris un format magazine en 2015) n’était pas viable en raison des coûts d’impression et de distribution.

«[...] Le magazine imprimé ne peut plus être pour nous un produit gratuit qui nous permet de bien servir la scène culturelle, nos lecteurs et nos annonceurs, de manière agile, a écrit M. Jodoin sur Facebook. Je ne sens plus que pour mobiliser la communauté culturelle, le véhicule papier remplit sa mission essentielle qui est de faire le pont entre les artisans créateurs, les commerçants et les lecteurs amateurs de culture. Bref, imprimé, régularité et gratuité sont trois concepts qui ne peuvent plus être conjugués pour accomplir notre mission de média culturel distribué gracieusement.»

«L’Actualité» n’est pas touché

Le magazine «L’Actualité», qui est aussi détenu par Mishmash Média, une entreprise fondée par l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, n’est pas touché.

Nicolas Marin a exclu que le scénario de la fin de l’impression touche aussi, à court ou moyen terme, «L’Actualité».

«Pour ce qui est de "L’Actualité" papier, le scénario de cesser l’impression n'est pas envisagé parce que le modèle d’affaires de "L’Actualité" repose sur un important volume d'abonnement», a-t-il indiqué.

M. Marin n’a par ailleurs pas voulu commenter les informations voulant que le service du marketing de Mishmash Média ait été fermé ces derniers jours et que des compressions aient eu lieu dans le service des finances de l’entreprise.
 
Il a indiqué qu'il s'agit de questions relevant de la gestion interne, enchaînant en disant «je ne confirmerai pas et ne commenterai pas cette information».
 
Le journal «Voir», qui a longtemps été une référence dans le milieu culturel et qui était attendu avec impatience chaque jeudi, par ses fidèles lecteurs, a été fondé en novembre 1986. D’abord un hebdomadaire, il est ensuite devenu un bimensuel en 2013 puis un mensuel deux ans plus tard.
 
Rappelons qu'Alexandre Taillefer avait dû, le printemps dernier, démissionner de la présidence de Mishmash Média après avoir été nommé président de la campagne du Parti libéral du Québec en vue des élections du 1er octobre dernier.
 
La semaine dernière, Alexandre Taillefer a pris la responsabilité des déboires de Téo Taxi, une autre entreprise qu’il a fondée. Celle-ci a fermé ses portes soudainement, quelque 400 chauffeurs perdant alors leur emploi.