/news/techno

Instagram bannit les images d’automutilation

TVA Nouvelles 

Instagram prend des mesures pour bannir les images d’automutilation de son site. Cette décision survient à la suite de la plainte d’un père qui avait accusé le géant des médias sociaux d’avoir été en partie responsable de la mort de sa fille de 14 ans.

La mort de Molly Russell, une adolescente britannique, avait suscité une vague de critiques en 2017. Son père, Ian Russell, a constaté après le décès de sa fille que son compte recelait de photos évoquant la dépression et le suicide. Il avait alors déclaré qu’Instagram avait «aidé à tuer sa fille».

«Rien n’est plus important que la sécurité de nos utilisateurs, a dit Adam Mosseri, dirigeant d’Instagram, dans un communiqué. Nous devons en faire plus pour prévenir l’automutilation et le suicide, et protéger les membres les plus vulnérables de notre communauté.»

Des photos seront conservées si elles sont utilisées pour un témoignage, par exemple. Instagram ne veut pas empêcher les utilisateurs de partager leurs histoires.

«Un utilisateur peut publier une photo d’une cicatrice et dire qu’il ne s’est pas infligé de blessure depuis 30 jours, mais elle sera plus difficile à trouver», a expliqué M. Mosseri en entrevue au Daily Telepraph.

Les photos d’automutilation seront «retirées rapidement, de façon responsable», a assuré Adam Mosseri.