/regional/montreal/montreal

Pont Jacques-Cartier: cyclistes et piétons réunis pour l’accès à l'année

Béatrice Roy-Brunet

 - Agence QMI

GEN-MANIFESTATION-JACQUES-CARTIER

BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

Une douzaine de participants à une manifestation contre la fermeture de la voie cyclable et du trottoir du pont Jacques-Cartier ont été interpellés par la police dimanche matin après avoir enfreint l'interdiction de passage.

En tout, plus d’une vingtaine de piétons et de cyclistes étaient réunis afin de réclamer l’ouverture à l’année de la piste cyclable et du trottoir du pont Jacques-Cartier. La douzaine de manifestants, qui ont franchi la grille interdisant l'accès aux piétons et aux cyclistes, ont écopé d’une amende pour avoir enfreint le Code de la route.

La fermeture du seul lien cyclable reliant la Rive-Sud à Montréal complique les déplacements de nombreux cyclistes pour se rendre au travail. «Je suis obligé de prendre ma voiture. Des fois je vais prendre le métro et l’autobus aussi, mais c’est quand même beaucoup plus cher», a expliqué Maxime Juneau, un cycliste demeurant à Longueuil.

Daniel Lambert, de la Coalition Vélo de Montréal, a noté que certains voyaient leur temps de déplacement augmenter nettement en raison de cette interdiction.

Selon M. Lambert, le côté environnemental est aussi ignoré dans cette décision. «Les gens qui veulent changer leurs habitudes et qui veulent faire quelque chose pour l’environnement, le gouvernement rend ça pas possible», a-t-il dit.

Nombreux tests

Au début de l’hiver, la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI) avait annoncé que la piste cyclable et le trottoir de 2,7 kilomètres du pont seraient à nouveau inaccessibles pour la saison. Cette décision avait été prise malgré un projet-pilote de déglaçage et de déneigement réalisé en 2017-2018.

Le rapport indiquait que les conditions des pistes pouvaient être affectées par la présence de glace noire et des chutes de glace des structures du pont. Les conclusions démontraient qu'aucune solution n'était suffisamment sécuritaire pour permettre d’ouvrir la piste durant la saison hivernale.

«C’est ridicule, on trouve que c’est de la mauvaise foi», a expliqué Mike Muchnik, porte-parole de l'Association des piétons et cyclistes du pont Jacques-Cartier. Selon lui, les arguments de la société PJCCI sont «bidons» et la piste est sécuritaire durant toute l’année.

«On a tous des pneus à clous, on est tous équipés pour l’hiver, ce n’est pas comme si on s’aventurait dans quelque chose d’hyper dangereux», a rappelé Marjolaine Mercier, une cycliste.