/finance/homepage

Bombardier doit présenter ses excuses en Suisse

Agence QMI

Les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) et Bombardier Transport ont dû s’excuser publiquement lundi auprès des usagers suisses pour les inconvénients entraînés par les retards de livraison et les problèmes techniques des nouveaux trains de Bombardier.

Les CFF sont actuellement en possession de 12 véhicules à deux étages (des modèles InterCity et InterRegio) pour le service des grandes lignes suisses, sur une commande de 62.

Il appert que les véhicules livrés ont un problème de stabilité et d’autres problèmes techniques qui compliquent leur mise en service, comme l’avaient déjà déploré les CFF le mois dernier.

«Un suivi intensif de l’exploitation régulière par les CFF et Bombardier a permis d’identifier les sources d’erreur les plus fréquentes, peut-on lire dans un communiqué conjoint des grands patrons des deux sociétés publié lundi. Les dérangements aux portes, les erreurs de logiciel et de technique de commande, les problèmes de traction, de moteur et de compresseur sont la cause de plus des trois quarts des dérangements et suppressions de trains.»

Par conséquent, des techniciens de Bombardier et des mécaniciens de locomotive des CFF sont présents dans les trains depuis la mi-décembre. Le personnel des trains a aussi été renforcé en raison des dérangements aux portes, ont mentionné les CFF et Bombardier.

«Les CFF et Bombardier regrettent la situation actuelle et présentent leurs excuses aux voyageurs pour les défauts de stabilité des nouveaux trains, peut-on lire dans le communiqué signé par le président et chef de la direction des Chemins de fer fédéraux suisses, Andreas Meyer, et du président sortant de Bombardier Transport, Laurent Troger. La situation actuelle est difficile non seulement pour les voyageurs, mais aussi pour le personnel et pour les équipes de projet.»

Les deux entreprises disent travailler «d’arrache-pied à la résolution des problèmes techniques et à l’amélioration de la fiabilité de ces trains» et pour qu’ils puissent circuler «dès que possible». Mais les deux patrons ont ajouté qu’«il faudra encore du temps jusqu’à ce que ce train réponde en tous points aux attentes élevées de la clientèle suisse».

Ces excuses et ces explications se veulent une réponse aux questions posées par la commission des transports du Conseil national, la Chambre basse du Parlement suisse.

La mise en service des nouveaux trains fournis par Bombardier ne souffre pas uniquement des problèmes techniques. Les retards de livraison rendent également la situation très difficile.

«La mise en service de nouveaux trains est toujours complexe et a déjà, par le passé, entraîné des restrictions, peut-on dans le communiqué. Ce qui complique ce projet, c’est que la production de ces trains accuse d’importants retards aux causes diverses. Le temps disponible pour la mise en service s’en est trouvé réduit d’autant.»

Les parties ont par ailleurs indiqué, lundi, que «les CFF ont convenu avec Bombardier de pénalités dues aux retards de livraison». Le montant des pénalités est toutefois gardé confidentiel.

Bombardier Transport a aussi été montrée du doigt par d’autres clients récemment pour différents problèmes techniques, notamment en France, ainsi qu’à New York.