/regional/estduquebec/basstlaurent

Le toit arraché d'une école de Saint-Simon-de-Rimouski recouvert avant la tempête

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

Des travailleurs s'affairaient lundi à sécuriser l'école de la Joie à Saint-Simon-de-Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent, après que son toit eut été arraché en fin de semaine.

Dans la nuit de vendredi à samedi, de forts vents ont soufflé le toit de l'établissement scolaire. Des travailleurs ont donc installé une membrane pour protéger le toit avant l’arrivée de la neige prévue mercredi.

À lire aussi: Le toit d’une école arraché par de forts vents

Par ailleurs, la direction de l'école primaire a confirmé que l’intérieur du bâtiment et le matériel n’ont pas été endommagés.

Dans les prochains jours, des appels d’offres seront lancés pour amorcer les travaux de réparation le plus rapidement possible.

Le directeur de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, Bernard D’Amour, a précisé que le régime d’indemnisation du ministère de l’Éducation couvre ce type de dommages.

Il est impossible pour le moment de savoir combien de temps les travaux prendront et si les élèves pourront réintégrer leur école d’ici la fin de l’année scolaire.

La toiture de ce bâtiment avait été changée il y a une dizaine d’années. «Les ingénieurs ont fait une évaluation et rien ne pouvait laisser présager, en matière d’inspection ou d’entretien préventif de bâtiment» que le toit serait arraché, a soutenu Bernard D’Amour.

«Il n’y a pas d’explications rationnelles, si ce n’est que des conditions météo défavorables», a-t-il ajouté.

Changement d'école

La trentaine d’élèves de maternelle 4 et 5 ans et de 3e et 4e années qui fréquentaient l'établissement scolaire seront relocalisés à l’école L’Oiseau-Chanteur de Saint-Mathieu-de-Rioux.

Les administrateurs doivent cependant pouvoir être en mesure d’entrer dans l’école de la Joie afin de récupérer le matériel scolaire des élèves avant de pouvoir les transférer dans l’autre établissement.

Selon la direction, les élèves pourraient retourner en classe mercredi, sous toutes réserves.

Heureusement, le service de garde pour ces écoliers se trouve déjà à l’école l’Oiseau-Chanteur et est en mesure d’accueillir les élèves d’ici le transfert.

Les parents rencontrés sur les lieux soutiennent que la commission scolaire a pris les choses en main très rapidement, mais plusieurs ont eu toute une frousse. «J'ai pensé au pire. Tous les matins, les enfants sont à l'endroit où le toit est tombé. Heureusement, il n’y avait personne», a expliqué Joanie Gagnon-Théberge