/finance/homepage

L'économie sociale s'intègre à la formation universitaire

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

Les entreprises d'économie sociale ont parfois mauvaise réputation auprès des étudiants en marketing, science comptable ou gestion, et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) tente d’y remédier.

Uniquement au Centre-du-Québec, on compte 250 de ces entreprises qui emploient plus de 6000 personnes. En Mauricie, 218 entreprises d'économie sociale ont pignon sur rue.

Une d'entre elles est la microbrasserie Le temps d'une pinte. Selon la saison, de 50 à 70 personnes y travaillent. L'an dernier, on y a brassé 110 000 litres de bière.

«On est une coopérative de travailleurs» explique un des cofondateurs, Alex Dorval. «Les membres de la coopérative doivent travailler dans l'entreprise. Chaque membre vaut un vote, peu importe le montant qu'il a investi. On essaie de faire une activité par mois dans le volet social. Que ce soit une levée de fond ou un partenariat culturel avec un OSBL.»

Même si les entreprises d'économie sociale sont un important moteur économique, le recrutement est parfois difficile, notamment en marketing.

«Dans l'esprit des étudiants finissants, l'idée n'est pas forcément de s'adresser vers ce secteur d'activité là», confirme William Menvielle, professeur au département de marketing à l'UQTR.

Dorénavant, l'UQTR intègre à sa formation obligatoire de l'École de gestion, tout un volet sur les entreprises d'économie sociale. Elle est la première université à le faire.

«Le plus grand enjeu qu'on a eu dans les dernières années a été de faire reconnaître la possibilité d'avoir une activité économique au service d'une communauté», affirme Chantal Tardif, directrice générale du Pôle d'économie sociale du Centre-du-Québec. «On avait souvent tendance à associer l'entrepreneuriat collectif par rapport à l'aspect social.»

La formation obligatoire de base est un grand pas, mais Alex Dorval a un rêve encore plus grand.

«Ce que j'aimerais ultimement, c'est une école qui se pencherait complètement sur une formation d'entrepreneur social», lance-t-il.

Dans la même catégorie