/news/politics

Simon Jolin-Barrette promet «la fin des rêves brisés»

TVA Nouvelles

Critiqué par l’opposition qui qualifie son projet de loi 9 d’«inhumain», le ministre Simon Jolin-Barrette s’est voulu rassurant, lundi, en affirmant qu’au contraire, le gouvernement promet la fin des «rêves brisés» pour les candidats à l’immigration.

À lire aussi : Ils voient leurs rêves jetés à la poubelle

À lire aussi : Grogne contre la décision de rejeter 18 000 dossiers

Depuis le dépôt du projet de loi qui comprend la suspension du traitement d’immigration de 18 000 dossiers, critiques, incompréhensions et témoignages sont exprimés dans les médias pour dénoncer la décision du gouvernement. Le ministre Jolin-Barrette tient cependant à rassurer les gens touchés par la réforme : le ministère de l’Immigration priorisera ceux qui ont déjà des offres d’emploi au Québec.

«Ça ne brise pas son rêve, on va pouvoir le passer en priorité parce qu’il a une offre d’emploi validée, rassure-t-il. Il n’y aura plus de rêves brisés parce que les gens vont savoir à quoi s’attendre lorsqu’ils arrivent au Québec. [...] Ce que je veux faire, c’est que les gens, lorsqu’ils arrivent au Québec, ont toujours un emploi à la hauteur de leurs compétences.»

 

«On change le système, poursuit-il. Avant, c’était du premier arrivé, premier servi et on traitait tous les dossiers. Maintenant, on ne traite qu’en priorité les dossiers des gens qui répondent aux besoins du marché du travail.»

Selon une source caquiste citée par l’analyste politique à «La Joute» Jonathan Trudeau, le nombre de personnes actuellement au Québec dans les 18 000 dossiers d'immigration qui seront annulés pourrait atteindre 4 000 personnes. Le gouvernement a déjà promis qu'aucun travailleur ne sera expulsé, puisqu’ils sont ici en vertu d'un permis fédéral.

Voie rapide

Le ministre promet que le gouvernement donnera une réponse aux candidats à l’immigration au Québec dans les six mois suivant la demande. Il rappelle également que les gens dont le dossier a été suspendu seront remboursés, tout en étant invités à faire une demande dans le système de déclaration d’intérêt qui est déjà en place, avant même que la loi soit adoptée.

Mais il existe également un programme qui permet à certains candidats d’emprunter la «voie rapide».

«Pour les gens qui sont sur le territoire québécois, qui parlent français et qui sont à l’emploi depuis 12 mois, il y a un autre programme qui existe – une voie rapide – qui s’appelle le programme d’expérience québécoise. [...] Eux, puisqu’ils répondent déjà aux besoins du marché du travail, ont une voie accélérée [...] pour s’assurer qu’ils puissent rester au Québec et conserver leur emploi.»

Immigration en région

Le manque de main-d’œuvre dans les régions du Québec représente un réel problème pour les entreprises et l’immigration est certainement l’une des options vers lesquelles les entrepreneurs peuvent se tourner. S’il admet ne pas disposer d’outils légaux pour obliger des immigrants à s’installer – et à rester – en région, le ministre promet de prioriser les immigrants qui ont une offre d’emploi validée en régions.

«Notre travail, au ministère de l’Immigration et à la société d’accueil, commence là. C’est notre responsabilité de prendre soin des gens qu’on accueille et de leur vendre la région en question», expose-t-il.

Dans la même catégorie