/news/politics

Démission de Jody Wilson-Raybould: «une insulte pour les Amérindiens», dit son père

Agence QMI

POL-REMANIEMENT-OTTAWA

MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

La «rétrogradation» de l'ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould au ministère des Anciens Combattants, qui a culminé avec sa démission, mardi, est «une insulte pour les Amérindiens de tout le pays», juge son père.

Bill Wilson, un chef héréditaire de la nation Kwakwaka'wakw, située en Colombie-Britannique, a confié à Global News qu'il est «dégoûté» par la façon dont sa fille a été traitée. Rappelons que Jody Wilson-Raybould était devenue, en 2015, la première autochtone à occuper les fonctions de ministre de la Justice et de procureur général du Canada.

«J'ai honte de ce que le premier ministre a fait à ma fille [...]. C'est tragique pour elle et je pense que c'est tragique pour le pays», a lancé M. Wilson à la chaine télévisée.

Jody Wilson-Raybould a annoncé sa démission du conseil des ministres, mardi, dans la foulée du scandale entourant SNC-Lavalin. La députée a indiqué, dans une lettre ouverte, qu'elle étudie ce qu'elle pourrait légalement dire sur les allégations d'ingérence politique de la part du bureau du premier ministre, qui serait intervenu pour éviter un procès à la firme d'ingénierie.

L'ex-ministre de la Justice avait été mutée aux Anciens Combattants à la mi-janvier, une décision que ne digère pas son père. «Elle représentait l'intégrité, la dignité et la règle de loi et elle s'est fait ramasser et envoyer aux Anciens Combattants. Aussi important que ce soit, la réalité, c'est que c'est presque le bas-fond du cabinet», a dénoncé Bill Wilson, qui considère le ministère des Affaires autochtones «comme le bas-fond du cabinet».

Dans la même catégorie