/news/culture

Réal Giguère, drôle jusqu’au dernier moment

TVA Nouvelles

Jusqu’au dernier moment, le géant du petit écran Réal Giguère a gardé cet humour que ses proches appréciaient tant.

«Les gens ne le connaissaient pas comme ça, mais c’était un homme très, très, très drôle, il avait un sens de l’humour extraordinaire», a rapporté son fils Sylvain, lui-même comédien, animateur et producteur. Il fallait le voir, tout récemment, un soir vers minuit, proposer à son «infirmière préférée» de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont de se commander un veau parmesan.

À LIRE ÉGALEMENT

L'animateur Réal Giguère est décédé

Réal Giguère «ne voulait pas se faire voir malade»

Il y a quelques jours, conscient qu’il allait mourir, «il a dit à ma sœur Magalie : je t’avertis, il y a de la glace dehors, tu vas prendre mes cendres et tu vas mettre ça dans l’escalier pour ne pas que vous tombiez, Paulette et toi», raconte Sylvain Giguère en riant.

Cabotin, donc, il n’en demeurait pas moins un homme d’une grande rigueur. «Ce n’était pas facile de travailler avec lui, les gens à TVA le savent : il fallait que ça marche droit», relate M. Giguère à propos de son père, qui s’est éteint hier à 85 ans, à Montréal, d’une insuffisance respiratoire.

«Il avait eu un cancer de la prostate il y a une vingtaine d’années, il faisait beaucoup de diabète, il avait été malade, il avait eu des problèmes avec son intestin, tout ça... Dernièrement, il a fait une chute, il s’est brisé un peu la colonne et il avait une petite infection aux poumons qui a dégénéré», explique son fils.

Les choses se sont précipitées vers la fin. Ses proches sont loin d’être heureux de cette perte, mais ils se disent «contents que ça n’ait pas duré pendant des semaines et des semaines de le voir comme ça».

Depuis l’annonce de son décès, les Giguère sont submergés par les mots d’amour et de sympathie, provenant tant des inconnus que des gens du show-business ou de serveurs qui l’ont côtoyé.

«J’ai des messages d’Haïtiens que je ne connais pas du tout, des étrangers qui disent qu’ils ont appris à parler français avec mon père en écoutant la télévision», s’étonne M. Giguère, pour illustrer à quel point son père a été important dans le cœur de ceux qui composaient son public.

«Il doit être content de voir que les gens l’aimaient comme ça, il en avait besoin», a-t-il conclu.

Dans la même catégorie