/news/law

Démantèlement d'un réseau de braconniers en Mauricie

Agence QMI

Sniper

Hedgehog - stock.adobe.com

Une quarantaine de chasseurs, pêcheurs et clients sont visés par un total de 70 chefs d'accusation pour braconnage en Mauricie.

Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, les suspects sévissaient principalement en Mauricie, notamment sur le lac Saint-Pierre et du côté de Yamachiche et de Louiseville.

Les chefs d'accusation touchent notamment à la possession illégale et à la capture d'un nombre supérieur aux limites de prises, ainsi qu'à l'utilisation d'appâts vivants.

Pas moins de 36 personnes ont été identifiées dans le cadre de l'enquête Cormoran, qui a mobilisé plus de 60 agents de la faune. Ceux-ci ont surveillé le réseau de braconniers pendant environ trois ans. «Ce sont tous des gens qui, de près ou de loin, se connaissaient», a expliqué le sergent Yvan Brisebois, du ministère de la Faune, qui a évoqué «un casse-tête de 1000 morceaux» pour parler de la complexité de l'enquête.

Le groupe s'intéressait à la fois au gibier et aux poissons, incluant des captures de canards, bernaches, oies, dindons sauvages, coyotes, chevreuils, orignaux, ours noirs, dorés et perchaudes.

Les chasseurs et pêcheurs récoltaient leurs prises avant tout pour leur consommation personnelle ou pour vendre à leurs proches, estiment les agents de la Faune.