/news/law

Une Québécoise acquittée d'avoir refusé de passer l'alcootest

Agence QMI

éthylotest au volant 3

Jérôme Rommé - stock.adobe.com

La Cour suprême du Canada a donné raison, mercredi, à une notaire québécoise qui a refusé de passer un alcootest parce qu’elle était dans un état d’ivresse trop avancé.

Kathleen Blanchard, une femme de la région de Drummondville, dans le Centre-du-Québec, avait été trouvée coupable par la Cour d’appel, en juillet dernier, de ne pas avoir fourni d’échantillon d’haleine après avoir été impliquée dans un accident de voiture.

Mercredi, la Cour suprême a toutefois confirmé l’acquittement qui avait été accordé en première instance à Mme Blanchard.

La défense alléguait que le niveau d’intoxication «extrême» de la notaire avait compromis son jugement.

Mme Blanchard avait été accusée en 2013 de refuser d’obtempérer aux ordres d’un policier, mais n’avait fait l’objet d’aucune accusation de conduite avec les facultés affaiblies.

La notaire aurait bu ce jour-là 13 bières et une bouteille de vin. Sur la scène de l’accident, les policiers avaient constaté l’intoxication avancée de l’accusée, qui se disait elle-même alcoolique.

Mme Blanchard avait d’abord été acquittée en 2016. Le juge de première instance considérait que l’accusée avait agi par «automatisme» dans son refus puisqu’elle n’était pas en mesure de comprendre ce qu’elle faisait.

Un spécialiste avait évalué qu’elle devait avoir 400 mg d’alcool par 100 ml de sang au moment de son arrestation.

Dans la même catégorie