/news/currentevents

Le stratagème de peur et le monopole des Hells expliqué

TVA Nouvelles

Vêtus de leurs couleurs, violents et menaçants, les Hells Angels exerçaient le monopole dans la vente de drogue de synthèse et de cocaïne dans l’est du Québec et au Nouveau-Brunswick générant des millions de dollars. La police a frappé un grand coup ce matin dans ce réseau criminel y allant d’arrestations et de perquisitions.

Frappe majeure contre les Hells Angels et le crime organisé

La frappe a été menée par l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) et l’escouade régionale mixte Rive-Nord (ERM) dans le cadre du projet Oursin. L’enquête s’est amorcée en août 2018. Quelque 150 policiers étaient sur le terrain ce matin.

L’enquête policière a permis selon les informations diffusées par la Sûreté du Québec de mettre en lumière le stratagème simple et efficace des motards criminels pour la vente et la distribution de stupéfiants dans le Bas-Laurent, la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine et au Nouveau-Brunswick.

D’après la SQ, en quatre mois seulement, le chiffre d’affaires de la structure appelée Réseau de l’est s’élevait à 2,4 millions de dollars et générait une cote de 250 000 dollars qui était versée aux Hells.

La taxe des Hells

Les Hells Angels contrôlaient l’ensemble du territoire et permettaient à des réseaux d’y faire la vente de stupéfiants moyennant le paiement d’une cote pour l’utilisation du territoire ou encore en imposant une taxe sur la quantité de drogue vendue.

Les motards criminels s’occupaient de l’approvisionnement de stupéfiants et en détenaient le monopole en ayant toujours selon la Sûreté du Québec «recours à la violence, en entretenant un régime de peur et en s’affichant avec leurs couleurs».  Les motards étaient secondés par divers clubs supporters.

Les Hells contrôlaient donc l’importation de drogue, de production (fabrication) et sa distribution à tous les échelons en passant par les gestionnaires de territoires, les distributeurs régionaux et même les courriers qui transmettent les profits.

Bilan de la frappe

Dans le cadre du projet Oursin, les policiers ont arrêté 32 individus dans plus d’une trentaine de municipalités du Québec, de même qu’au Nouveau-Brunswick et quatre personnes sont activement recherchées.

Parmi eux, Éric Blanchette, membre « prospect » des Hells Angels du chapitre Nouveau-Brunswick, ainsi que son frère Yanick.  Les deux individus agissaient à titre de dirigeants de territoire pour le compte du club.

• 6 kilos de cocaïne
• Plus 232 000 comprimés de méthamphétamine
• Plus de 640 000 $
• 23 armes à feu longues et de pointe
• 3 véhicules saisis
• 8 vestes aux couleurs des Hells Angels