/news/society

Des préjugés qui nuisent aux victimes

TVA Nouvelles 

Si le mouvement #Moiaussi permet de parler plus ouvertement d’agressions sexuelles, des tabous demeurent, dans le milieu gai notamment, selon un spécialiste du genre et des sexualités.

«Il y a toute une culture en général à changer, mais en particulier les cultures LGBT, où il y a encore des tabous. On sous-estime l’importance et la gravité de ces actes-là», a expliqué le sociologue Michel Dorais, en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Dorais a expliqué que des victimes, qu’il a interrogées, disaient être bouleversées après en avoir parlé à des amis et à des proches, car les gens ne les croyaient pas.

«On pense à tort qu’une agression sexuelle, c’est de forcément utiliser la force, mais ça peut être la menace, la coercition, le chantage, a affirmé Michel Dorais. Il y a toujours un abus de pouvoir derrière une agression et c’est pour ça que ça peut frapper tout le monde.»

Lors d’une entrevue accordée à Sophie Thibault, une présumée victime d’Éric Salvail a affirmé que l’accueil qu’il avait reçu lors de sa dénonciation l’avait découragé d’aller plus loin dans ses démarches et annulé toute possibilité de porter plainte aux autorités.

Dans la même catégorie