/news/politics

Il faut être prudent avant de dépenser, dit Legault

Pascal Dugas-Bourdon | Agence QMI 

Malgré des surplus estimés à quelque 2 milliards $, le premier ministre François Legault promet d’être prudent avant d’investir dans les services publics.

«Il faut être très prudents, parce que si on veut investir, par exemple, dans les services, ça [implique] des dépenses qui sont récurrentes», a-t-il indiqué.

En somme, le premier ministre craint d’utiliser des surplus en 2018-2019 qui ne seraient plus disponibles lors des années subséquentes.

«Il y a des surplus pour l’année de 2018-2019, mais pas pour l’année 2019-2020. Alors, il faut être très prudent avant d’annoncer de nouvelles dépenses récurrentes, parce qu’il n’y aura pas d’argent, les années suivantes, pour les financer», a-t-il expliqué.

M. Legault n’est cependant pas inquiet d’avoir l’argent nécessaire pour investir dans les maternelles 4 ans, même s’il s’agit d’une dépense récurrente.

«J’aurai une réponse facile à vous donner: est-ce que le Québec a le luxe de ne pas investir en éducation? Ça nous coûterait beaucoup plus cher si on n’investissait pas en éducation», a-t-il dit.

Le premier ministre a estimé que la valeur des surplus, à la fin de la présente année financière, devrait être de 2 milliards $. «On parlait de 4 milliards $, mais si on suit les projections qui sont faites dans les différents ministères, ça devrait réduire à environ 2 milliards $», a-t-il indiqué.

Selon l’Institut du Québec, si le Québec atteint ses cibles de dépenses de programmes, le surplus budgétaire 2018-2019 sera d’environ 3,4 milliards $.

Attentes

Au Parti libéral, on laisse entendre que le premier ministre minimise l’ampleur des surplus pour réduire les attentes de ses ministres.

«Il y a une dynamique interne qui est de dire aux ministres en poste : "On ne peut rien vous donner"», a expliqué Gaétan Barrette, porte-parole de l’opposition officielle pour le Conseil du trésor.

«En ce moment, [le président du Conseil du trésor] sert le robinet parce qu’il est dans une position difficile. Ils ne peuvent pas remplir toutes leurs promesses, alors ils veulent, à l’interne, calmer les demandes», a-t-il ajouté.

Selon le député libéral, le gouvernement Legault ne sera pas en mesure de livrer toutes ses promesses sans accumuler des déficits au cours des prochaines années.

«C’est de l’algèbre de niveau secondaire», a-t-il dit.

Pour sa part, Québec solidaire a accusé le gouvernement Legault de vouloir replonger le Québec à l’époque de l’austérité libérale.

«Pendant des années, les libéraux nous ont dit qu'on était en déficit, donc qu'il fallait couper. Aujourd'hui, on a des surplus et la CAQ nous dit: Il faut continuer de couper. Bref, CAQ, libéraux, c’est pas mal du pareil au même: il n'y a jamais d'argent pour s'occuper du monde», a déploré le député de Québec solidaire, Vincent Marissal.

Dans la même catégorie