/news/currentevents

Sept enfants d'une même famille périssent dans un incendie

Agence QMI

Le rêve d’une vie meilleure au Canada s’est envolé en fumée pour une famille syrienne dont les sept enfants, quatre filles et trois garçons, ont été tués lors de l’incendie de leur maison en banlieue d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, mardi.

Selon la mosquée Ummah Masjid d'Halifax, les jeunes victimes sont Abdullah, 4 mois; Rana, 3 ans; Hala, 4 ans; Ghala, 8 ans; Mohammed, 10 ans; Rola, 12 ans et Ahmed, 15 ans. La chaîne Global News a précisé que la famille Barho était arrivée au pays en 2017.

Seuls le père et la mère ont survécu. L’homme a été conduit à l’hôpital dans un état critique, tandis que la vie de la mère n’était pas en danger, a précisé la police d’Halifax.

«Le père est en vie, mais en mauvaise condition. J’ai parlé avec son épouse et elle n’a pas tous ses esprits après avoir perdu tous ses enfants. Elle est vraiment en état de choc», a confié au «Chronicle Herald» un proche de la famille, Hazem Fakhra, après avoir rencontré les deux survivants à l'hôpital.

Brasier infernal

L’incendie s’est déclenché avant 1 h du matin sur la promenade Quartz, à Spryfield. La maison de deux étages, qui était relativement neuve, a été lourdement endommagée par les flammes.

«Cela s’est passé tellement vite et la maison s’est embrasée rapidement, a confié Danielle Burt, une voisine, à Global News. J’ai entendu un gros boum et une femme qui criait. Je me suis levé de mon lit et tout ce que je voyais par la fenêtre, c’était des flammes sortir de la porte arrière vers la galerie.»

En sortant en vitesse de chez elle avec ses enfants, cette voisine a vu la mère devant la maison sur le gazon.

«Elle a dit que ses enfants étaient à l’intérieur. Le père était assis sur les marches. Je crois qu’il avait tenté de revenir à l’intérieur parce qu’il était vraiment brûlé. C’était juste horrible», a ajouté Danielle Burt.

Elle a précisé que cette famille syrienne avait déménagé dans cette maison l’été dernier. «Je suis dévasté. Je ne peux même pas le concevoir. C’est sorti d’un film d’horreur que je ne souhaite à personne», a précisé Mme Burt.

Les pompiers ont indiqué que l’incendie était très virulent et dangereux lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, mais qu’ils ont été en mesure de le contrôler rapidement. Les flammes ont endommagé une maison située à côté.

Le chef adjoint des pompiers d’Halifax, Dave Meldrum, a parlé d'une journée «très triste et difficile». De mémoire, il n’y aurait jamais eu un brasier aussi meurtrier dans la région d’Halifax, a-t-il dit.

M. Meldrum a précisé que les sapeurs qui sont intervenus ont été fortement ébranlés par cette tragédie. «Ils vont le digérer avec le temps, mais c’est très difficile», a-t-il soutenu en point de presse.

Famille parrainée

La famille Barho est venue au pays en étant parrainée en tant que réfugiés, selon Global News. Leur arrivée au pays à l’aéroport international Robert L. Stanfield d’Halifax avait même été couverte par des médias locaux en septembre 2017. La mère avait alors dit qu’elle ressentait du «bonheur» d’être au Canada.

Cette famille avait notamment reçu de l’aide d’une mosquée et d’une association locale venant en aide aux immigrants en Nouvelle-Écosse, l’Immigrant Services Association of Nova Scotia.

La mosquée Ummah Masjid a publié des photos de la famille sur sa page Facebook. «S'il vous plaît, priez pour la famille, pour que le père survive, pour que sa conjointe soit ok bientôt et pour que ces enfants reposent en paix», ont appelé les dirigeants du lieu de culte.

Des politiciens ont exprimé leur tristesse concernant cette tragédie.

«Les mots nous manquent lorsque des enfants nous sont enlevés trop tôt, surtout dans des circonstances comme celles-là. Je suis de tout cœur avec les survivants de l’horrible incendie survenu à Halifax ce matin (mardi), et avec les proches qui pleurent cette perte immense», a écrit le premier ministre Justin Trudeau sur Twitter.

«Incroyablement triste d'entendre parler de ce tragique incendie à Spryfield. Je suis de tout cœur avec la famille et la communauté», a indiqué sur Twitter le premier ministre Stephen McNeil de Nouvelle-Écosse.

Le maire d’Halifax Mike Savage a affirmé sur Twitter que «l’ensemble de la municipalité avait le cœur brisé» par cet événement.