/news/politics

Création de 2500 places subventionnées

TVA Nouvelles

Le gouvernement Legault a annoncé ce mercredi la création de 2500 places subventionnées en service de garde.

«La concrétisation de l'offre de ces nouvelles places dans le réseau des services de garde éducatifs à l'enfance permettra de désengorger la liste d'attente et assurera à un plus grand nombre d'enfants l'accès à des services de qualité», a affirmée le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Le ministre Lacombe a aussi annoncé des mesures pour accélérer la concrétisation de 11 000 places subventionnées qui ont été octroyées en 2011 et 2013, mais qui n’ont jamais vu le jour. Le gouvernement veut qu’elles soient disponibles d’ici 24 mois, un délai «nécessaire et raisonnable», selon le ministre Lacombe

 

Impact sur le réseau

L’annonce de ces nouvelles places survient pratiquement en même temps que celle de la création des classes en maternelles 4 ans, qui va permettre de libérer des places. Le gouvernement maintient qu’on peut développer les deux réseaux en parallèle.

L’impact se fera donc principalement sentir dans les services de garde en milieu familial (Perte de financement de 98 M$ à 203 M$, diminution de 12 000 à 25 000 enfants) et dans les garderies non subventionnées (Perte de financement de 88 M$ à 182 M$, diminution de 9000 à 18 845 enfants).

«Le réseau va changer, certainement, admet le ministre Lacombe. Il y aura des déplacements qui vont être effectués et je pense que c’est juste qu’il y aura des conséquences pour les garderies en milieu familial et les garderies non subventionnées. Maintenant, ce que je leur dis aussi, c’est que je suis en communication avec les associations nationales et avec le réseau pour voir comment on peut atténuer ces impacts. [Ils] sont conscients qu’il y a un impact qui arrive et on travaille ensemble pour voir ce qu’on peut faire.»

«Bras dans l'engrenage»

Il n’a pas fallu longtemps avant que les oppositions s’emparent du dossier.

«C’est le grand retour du ‘’On verra’’, a dénoncé la députée péquiste Véronique Hivon. On verra ce qu’on peut vous donner au cours des prochaines semaines, des prochains mois, des prochaines années comme précision...»

«Là, on vient dédoubler. Pourquoi? Parce que M. Legault, dans un débat télévisé, a promis de démissionner s’il n’était pas capable de le faire, estime Gabriel Nadeau-Dubois. Il s’est mis le doigt, et tout le bras, dans l’engrenage et il n’est plus capable de s’en sortir.»

«Il est important que le gouvernement précise ses plans», a lancé le libéral Pierre Arcand, chef de l’opposition officielle.

Dans la même catégorie