/news/politics

Le ministre préfère que les employés d’Apple viennent à l’école

Patrick Bellerose | Journal de Québec

Jean Francois Roberge

Simon Clark/Agence QMI

Inquiet de voir de jeunes élèves participer à des sorties éducatives dans les magasins Apple, le ministre de l’Éducation préférerait que les employés de l’entreprise se déplacent directement dans les écoles.

«Bien qu’il faille laisser les enseignants l’autonomie de choisir les activités à offrir aux enfants, j'ai une nette préférence pour que les professionnels d'Apple se déplacent dans les écoles plutôt que l'inverse», a affirmé Jean-François Roberge sur Twitter mercredi matin.

Notre Bureau parlementaire a révélé que plusieurs écoles amènent des élèves du primaire et du secondaire visiter les magasins Apple dans le cadre du programme de «sortie éducative» de l’entreprise. Les jeunes y sont invités à manipuler les produits Apple, à s’initier au codage ou à se familiariser avec les plateformes du fabricant.

À LIRE ÉGALEMENT:

Des «sorties éducatives» dans des magasins Apple

Alors que ce type de sorties scolaires a été interdit en France au printemps dernier, le ministre Roberge hésite à poser un tel geste pour le moment. «Ça m’inquiète, mais je veux avoir toutes les réponses», a confié Jean-François Roberge avant d’entrer au Salon bleu.

«Qu’est-ce qui se passe dans ces ateliers numériques-là, est-ce que c’est vraiment une activité pédagogique ou si ce n’est pas une façon d’attirer les jeunes dans un magasin? Je ne le sais pas», ajoute-t-il.

Vive réaction de l’opposition

De son côté, la critique libérale en matière d’éducation a été sans appel. «Je demande au ministre Roberge de suspendre les sorties scolaires dans les magasins Apple», a déclaré Marwah Rizqy.

«Nous croyons fermement qu’en 2019, nos jeunes doivent être initiés à la programmation et au codage, toutefois, le magasin à bannière n’est pas l’endroit approprié, a-t-elle ajouté. L’éveil technologique des enfants doit plutôt être fait par des experts indépendants et formés en pédagogie.»

Québec solidaire s’est aussi dit préoccupé par cette pratique. «Un magasin, quel qu’il soit, n’est pas un bon endroit pour une sortie éducative, affirme sa critique en matière d’éducation, Christine Labrie. On ne manque pas de musée, de lieux culturels à visiter au Québec.»

Dans la même catégorie