/news/politics

Québec devra embaucher au moins 3000 enseignants de plus d’ici 2023

En pleine pénurie de main-d’œuvre, le gouvernement Legault devra procéder à l’embauche d’au moins 3000 enseignants du primaire supplémentaires d’ici quatre ans pour pourvoir les postes créés par l’implantation des maternelles 4 ans partout en province.

C’est ce qu’indique un document produit par le ministère de l’Éducation et rendu public mercredi.

Cette cible de 3000 embauches devra être atteinte si aussi peu que 50% des enfants de 4 ans fréquentent la maternelle d’ici l’année scolaire 2023-2024. Si 80% des enfants devaient fréquenter la petite école dès 4 ans, ce sont quelque 5000 enseignants qui devraient être embauchés, selon le document.

 

En campagne électorale, François Legault avait dit que, «probablement», «90% des parents vont choisir d’envoyer leurs enfants à la prématernelle [4 ans]».

Des aspirations que le premier ministre n’a pas osé répéter depuis qu’il a été élu à la tête de l’État.

Ramener les enseignants

Confronté à ces défis d’embauche à venir, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a dit avoir bon espoir de «ramener des milliers d’enseignants» qui ont déserté la profession au cours des dernières années.

«On peut ramener des milliers d’enseignants, des gens compétents, qui font autre chose et qui attendent juste un signal pour revenir en éducation», a-t-il indiqué lors d’une mêlée de presse, mercredi.

Il croit également qu’une augmentation du nombre d’enseignants formés chaque année dans les universités pourrait contribuer à l’atteinte de l’objectif.

Impacts sur certaines garderies

Par ailleurs, en raison de l’implantation des maternelles 4 ans, les services de garde en milieu familial pourraient avoir à composer avec un manque à gagner variant entre 98,4 millions $ et 202,7 millions $ par année, indique l’étude d’impacts du ministère.

Quant aux garderies non subventionnées, elles pourraient subir une perte variant entre 88,3 millions $ et 182 millions $, toujours en fonction de la popularité des maternelles 4 ans.

En raison de leur notoriété, les centres de la petite enfance (CPE) ne seraient pas touchés par l’implantation des maternelles 4 ans, toujours selon le ministère de l’Éducation.

«Sauf exception, on ne s’attend pas à ce qu’il y ait fermetures de CPE», a dit M. Legault, mercredi.

Nouvelles places en CPE

Parallèlement, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé mercredi la création de 2500 nouvelles places en garderie éducative subventionnées, tout en promettant de concrétiser l’implantation de 11 000 places promises par les gouvernements précédents.

Questionné par les journalistes, le ministre Lacombe n’a pas été en mesure de dire combien de places seront créées d’ici la fin du mandat ni si une liste d’attente existera dans quatre ans.

«Se lancer dans des estimations aujourd'hui, ça serait un peu téméraire», a-t-il indiqué.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.