/news/society

Messmer vante les vertues de l’hypnose dans le domaine de la santé

Marie-France Bornais - Le Journal de Montréal

ART-SPECTACLE DE MESSMER

Dario Ayala / Agence QMI

Présentement en tournée au Québec, en Europe, en Afrique et en Polynésie française avec son spectacle Hypersensoriel, l’hypnotiseur à succès Messmer – alias Éric Normandin – parle autant des débuts de sa carrière que des applications possibles de l’hypnose dans le domaine de la santé dans son nouveau livre, Comment l’hypnose a changé ma vie.

« Depuis des années, autant le public que les médias me questionnent sur mon enfance et mon parcours de vie. À force de répondre aux questions des gens, j’ai revisité différents souvenirs de mon passé, en réalisant l’impact que l’hypnose avait eu sur moi et sur ma vie à travers tous ces moments importants », explique Messmer, en entrevue par courriel, entre deux spectacles.

« Comme on me demandait souvent de partager mon histoire, mais que souvent en entrevue le temps est limité et qu’on doit aller à l’essentiel, j’ai décidé de le faire sous forme de livre, enfin je pouvais prendre le temps de tout raconter en détail. Le livre se veut donc un récit sur mon parcours de vie, mais toujours en gardant l’hypnose en trame de fond, pour décrire comment elle a changé ma vie et intéresser les gens à l’idée que l’hypnose et la force de l’esprit pourraient aussi changer la leur, s’ils le désirent. »

L’autohypnose quotidienne

Il explique d’ailleurs dans le livre que l’autohypnose fait partie de son quotidien. « Elle est intégrée à mon mode de vie, autant lorsque j’ai besoin de concentration, de repos ou de faire appel à ma mémoire dans ma vie de tous les jours, que lorsque j’ai besoin de me connecter à l’énergie des gens et de pratiquer le transfert d’énergie avec les gens lorsque je suis sur scène.

« L’autohypnose me permet d’abaisser rapidement les fréquences de vibration de mon cerveau lorsque j’ai besoin de faire une sieste entre deux tournages, pour accélérer la récupération de mon corps physique. Elle peut aussi m’aider, avec l’atelier mental que je me crée en état d’autohypnose, à apprendre mes textes pour différentes prestations. »

Cette technique peut être utile dans beaucoup de situations, et pour quiconque en fait l’apprentissage, ajoute-t-il, « pour, par exemple, stimuler ses capacités intellectuelles ou physiques, avoir un meilleur sommeil, arrêter de fumer, combattre le stress, enrayer des blocages ou de mauvaises habitudes, etc. L’autohypnose est un grand plus dans mon quotidien, comme je le mentionne dans le livre, et c’est une discipline que je conseille aux gens. »

L’hypnose peut servir au-delà du divertissement et Messmer a participé à des études à ce sujet au Centre national de recherche scientifique de Paris. « Les résultats obtenus sont fascinants. Entre autres, je crois qu’en combinant la médecine traditionnelle et la science de l’hypnose, la santé pourra poursuivre ses avancées dans de nombreux domaines, autant au niveau de l’anesthésie de la douleur que de la guérison, par exemple. »

Grandes possibilités

Les recherches se poursuivent, tant au Québec qu’à l’international. « J’ai d’ailleurs eu le plaisir d’inviter sur le plateau de mon émission L’expérience Messmer le docteur Vincent Paquette, de l’Institut PsychoNeuro, pour en parler. Combinée à la médecine traditionnelle, l’hypnose peut effectivement avoir de bonnes propriétés en ce qui a trait à la guérison. Le tout a été illustré avec les grands brûlés, par exemple, alors qu’il est possible d’accroître la vitesse à laquelle la peau se régénère.

« L’hypnose peut traiter différents maux, par exemple en ce qui concerne tout ce qui est psychosomatique. C’est aussi utilisé en ce qui touche le traitement de la douleur, dans les hôpitaux pour enfants, par exemple, puis au niveau de l’anesthésie, autant pour des opérations dentaires que des chirurgies cardiaques. »

Messmer invite les gens qui sont intéressés par l’hypnothérapie à consulter les associations professionnelles qui œuvrent dans leur région, alors que ces dernières pourront les orienter vers le bon thérapeute, en fonction de leurs besoins.

Dans la même catégorie