/news/society

Les déneigeurs de toits ne fournissent plus à la demande

Vincent Larin | Journal de Montréal

Des entrepreneurs en déneigement crient au manque de main-d’œuvre au moment où des effondrements de toitures se multiplient aux quatre coins de la province.

« L’an passé, j’avais 60 gars qui travaillaient pour moi, et cette année, ça m’en prendrait 175, même 200 », lance Louis-Philippe Lachance de la compagnie Groupe Unik, qui dessert des clients sur la Rive-Nord de Montréal jusqu’à Sherbrooke et Trois-Rivières.

« Si on a encore un 20-30 cm de neige, ça va se mettre à s’effondrer par-ci par-là », prédit l’entrepreneur qui cumule 15 ans d’expérience dans le déneigement de toitures.

Cette année est particulièrement problématique en raison des fortes précipitations de pluie, affirme-t-il, comme d’autres entrepreneurs sondés par Le Journal hier.

Quatre effondrements de toit de bâtiments commerciaux ou industriels sont survenus dans la nuit de dimanche à hier sur la Rive-Nord en raison du poids de la neige et de la glace. Par chance, personne n’a été blessé.

18 affaissements

Au moins 18 toits se sont ainsi effondrés depuis un peu plus d’une semaine aux quatre coins de la province. Ces incidents concernent surtout des entrepôts ou des bâtiments industriels dotés de couvertures plates.

« Avec de la neige, ça passe, puisque c’est léger. Mais une fois qu’il a plu, ça devient pas mal plus lourd et ce n’est plus soufflé par le vent puisque la neige est emprisonnée sous une couche de glace », explique François Bellerose de l’entreprise Déneigement toitures Excel inc.

Avec ses 153 employés, il dit préférer se concentrer à livrer la marchandise chez ses clients réguliers. Mais le téléphone ne dérougit pas, selon l’entrepreneur.

« La demande a carrément doublé », dit-il.

Tous s’entendent pour dire que les gens devraient concevoir un plan pour faire déneiger leur toiture avant qu’il ne soit trop tard.

« Ç’a été la même chose [il y a une dizaine d’années] à Terrebonne. Le toit d’un centre d’achat s’est effondré et ç’a été la panique. Tout le monde s’est mis à appeler pour faire déneiger son toit », déplore Jocelyn Auclair de l’entreprise Toiture Bertrand.

Effondrements en série

Des toits de bâtiments se sont effondrés aux quatre coins de la province depuis le début du mois. Voici quelques-uns des derniers cas :

Dimanche et lundi

Un entrepôt de matériaux à Saint-Jérôme

Une quincaillerie RONA à Nicolet

Une épicerie Metro Plus à Terrebonne

Un garage commercial à Terrebonne

Une entreprise de Joliette

Samedi dernier

Une entreprise de portes et fenêtres à Trois-Rivières

Un hangar de Wendake

Vendredi dernier

Le garage municipal de Nicolet

18 février

Un bâtiment industriel à Mirabel

17 février

Une entreprise d’excavation à Saint-Lin–Laurentides

16 février

Un immeuble semi-résidentiel de Saint-Jérôme

Une entreprise de pièces d’autos à Trois-Rivières

Un aréna évacué à Québec

Dans la même catégorie