/news/society

Les Québécois peu adeptes de cannabis

Agence QMI

Les Québécois ne sont pas de grands amateurs de pot et craignent cette drogue plus que les habitants des autres provinces, laisse entrevoir un sondage de la firme Ipsos.

Selon le coup de sonde dévoilé mardi, seul un Québécois sur cinq admet être un utilisateur de cannabis, que ce soit sous forme médicale ou récréative. Les citoyens de la Belle Province se retrouvent bien loin de la moyenne canadienne (31 %), ainsi que des habitants de l'Ontario (37 %) et de la Colombie-Britannique (41 %).

Par ailleurs, la drogue récréative semble inquiéter bien plus les Québécois que les citoyens des autres provinces. En effet, 66 % des répondants du Québec ont dit croire qu'il y a des risques à prendre de la marijuana pour soigner un trouble de santé sans l'avis d'un médecin, contre 54 % en moyenne au pays.

De plus, seul un Québécois sur deux a dit qu'il serait prêt à consommer du cannabis médical si son médecin le recommande et qu'il est remboursé par son assureur, un taux qui bondit à 65 % à la grandeur du Canada.

Les Québécois sont aussi les plus méfiants vis-à-vis des bienfaits attribués au cannabis médical, à égalité avec les Albertains. Pas moins de 23 % des personnes sondées au Québec ont soutenu qu'ils ne croient pas que le cannabis puisse aider à réduire la douleur et d'autres symptômes de certaines maladies, un taux qui fond à 15 % à la grandeur du pays et à 12 % dans les provinces de l'Atlantique.

Un peu plus du tiers des Québécois estiment aussi que le cannabis fait «plus de mal que de bien».

Le sondage d'Ipsos a été mené en ligne auprès de 2002 Canadiens de 18 ans et plus du 7 au 10 décembre dernier pour le compte de l'entreprise Tetra Bio-Pharma.