/news/techno

Un concurrent de taille pour Fortnite

Agence France-Presse

Face au phénomène «Fortnite», l'éditeur américain Electronic Arts riposte avec «Apex Legends», sa vision du «battle royale» qui a connu un démarrage fulgurant, tandis que les séries déjà bien connues «Resident Evil» et «Kingdom Hearts» font leur retour.

Deux ans après «Resident Evil 7», la série de jeux d'horreur du groupe japonais Capcom fait son retour, avec son deuxième épisode. Ce dernier, sorti initialement en 1998, a droit à un remake, qui se manifeste avant tout par une cure de jouvence visuelle et sonore: les personnages et les décors sont un régal pour les yeux et la bande-son contribue grandement à augmenter le sentiment d'inquiétude.

Le scénario, lui, n'a pas changé: la ville de Raccoon City est toujours infestée par une armée de morts-vivants et le joueur doit s'en sortir en dirigeant Leon S. Kennedy, une recrue qui effectue son premier jour au commissariat, ou Claire Redfield, la soeur du héros du premier volet venue chercher son frère disparu.

Les personnes ayant déjà joué à la version d'origine retrouveront rapidement leurs marques, tant le déroulement de l'histoire est proche: les énigmes succèdent aux affrontements contre des zombies, des chiens ou d'autres créatures effrayantes, mais il faut faire attention à ses munitions, très rares.

Parmi les nouveautés, la caméra se situe désormais au niveau de l'épaule du personnage, ce qui renforce l'immersion.

(«Resident Evil 2» - Disponible sur Playstation 4, Xbox One et PC)

Officialisé en 2013, «Kingdom Hearts 3» aura connu un développement tumultueux jusqu'à sa sortie. Cette série, fruit d'un partenariat entre l'éditeur japonais Square-Enix et Disney, suit les pérégrinations de Sora, Dingo et Donald, le premier devant récupérer ses pouvoirs pour continuer à lutter contre des forces maléfiques.

Cet épisode conclut un arc narratif entamé en 2002, mais rien n'est fait pour faciliter la compréhension des enjeux aux nouveaux venus. Autrement dit, à moins d'avoir déjà terminé les différents volets de la série, il est très compliqué de saisir les tenants et aboutissants du scénario.

Il reste tout de même possible de se laisser porter par l'action et d'enchaîner les combats, aux mécaniques riches autorisant diverses combinaisons, tout en profitant du mariage réussi entre Disney et l'éditeur japonais connu pour ses jeux de rôle.

À chaque «Kingdom Hearts», ses univers tirés du catalogue du géant américain du divertissement. Cette fois, les joueurs peuvent entre autres arpenter les mondes de Hercule, Ratatouille, Raiponce ou encore la reine des neiges.

(«Kingdom Hearts 3» - Disponible sur Playstation 4 et Xbox One)

Lancé en 2017, «Fortnite» a bousculé le monde du jeu vidéo en devenant l'un des titres les plus pratiqués. Le concept, déjà vu dans d'autres productions auparavant, est simple: plusieurs dizaines de joueurs se retrouvent en ligne et il faut éliminer tous les autres pour l'emporter.

Face au raz-de-marée, qui compte quelque 200 millions de joueurs inscrits, chaque éditeur tente de trouver la bonne réponse. Celle d'Electronic Arts s'appelle «Apex Legends» et prend place dans un univers déjà connu, celui de «Titanfall», le jeu de combats de robots sorti en 2014 et qui a connu une suite en 2016.

Vingt équipes de trois joueurs se retrouvent donc dans un univers futuriste avec pour objectif de survivre. Pour y parvenir, le choix des armes est essentiel, mais aussi une pleine collaboration entre les coéquipiers, à travers notamment un système de marquage permettant d'indiquer les éléments importants sur la carte.

Le jeu est gratuit - du contenu supplémentaire peut cependant être acheté - et a connu un rapide succès: au bout d'une semaine, 25 millions de joueurs l'avaient essayé.

(«Apex Legends» - Disponible sur Playstation 4, Xbox One et PC)