/news/law

Intimidation et menaces envers les présumées victimes du pasteur Monette

TVA Nouvelles

Intimidation, menaces. Des fidèles de l’église biblique baptiste métropolitaine sud feraient des pressions sur les témoins et présumées victimes du pasteur Mario Monette et de son épouse Carole Van Houtte afin de les faire taire.

À LIRE ÉGALEMENT

Le pasteur et sa femme formellement accusés et remis en liberté

Le pasteur et sa femme ont été formellement accusés vendredi matin au palais de justice de Longueuil et font face à un total de 32 chefs d’accusation, notamment d’agression armée, de voies de fait, d’avoir infligé des lésions corporelles, de menaces, de séquestration et d’incitation à commettre un acte criminel.

Bien qu’une ordonnance de la cour interdise tout contact entre le couple accusé et une liste de présumées victimes et témoins, des sources ont révélé à TVANouvelles que plusieurs d’entre eux ont reçu des menaces de la part de fidèles qui continuent de soutenir le pasteur Mario Monette.
 
«C'est pas le travail de quiconque de tenter de contrecarrer le système judiciaire», s’inquiète Nicole Gibeault, juge à la retraite. « S'il y a des gens qui se font soit intimider ou harceler, peu importe, qu'ils appellent immédiatement les corps policiers, parce que c'est très sérieux.»
 
La police de Longueuil poursuit son enquête sur le terrain et confirme avoir reçu de nombreux appels depuis l'éclatement de l'affaire. Il n’est pas exclut que d’autres accusations soient portées dans ce dossier.
 

De mauvais souvenirs

Pour une ex-fidèle de l’Église biblique baptiste métropolitaine sud qui témoigne anonymement, ces allégations rappellent de bien mauvais souvenirs. «Dieu [lui donnait] la paix de soutirer l'argent des gens, d'abuser d’eux...»

Elle tient néanmoins à souligner que ce ne sont pas toutes les églises baptistes qui sont «comme ça. C'est vraiment ce type et son épouse.»

Celle qui a quitté l’église depuis plusieurs années souhaite que plus «aucun enfant ne souffre d'une punition corporelle abusive».

Mario Monette et sa femme Carole Van Houtte, tous deux âgés de 65 ans, ont été remis en liberté sous promesse de respecter de nombreuses conditions. Un service est prévu à l’église dimanche matin, mais on ignore encore qui le présidera.