/news/culture

Lara Fabian de retour au sommet

Bruno Lapointe | Journal de Québec

MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL / AGENCE QMI

Après plus de trois décennies de carrière, Lara Fabian ne tient toujours rien pour acquis. Surtout pas le succès. «On se demande toujours si on va continuer d’être aimé», confie humblement la chanteuse. La réponse ne pourrait pourtant pas être plus claire : sa plus récente offre, Papillon, a fait son envol en première position des palmarès, lors de sa sortie ce mois-ci.

Lara Fabian l’avoue d’entrée de jeu : elle ne s’attendait pas à un départ aussi fort pour ce nouvel opus, le quatorzième de sa carrière. Et ce n’est pas de la frime. Il faut dire que son album précédent, Camouflage, n’avait pas eu la visibilité espérée lors de sa sortie en 2017.

Cette envolée remarquée pour son Papillon est donc d’autant plus significative pour la chanteuse de 49 ans.

«Cet album-là, c’est l’album de mon retour au Québec, alors quand j’ai vu que les gens m’avaient ouvert leurs bras aussi grand... J’étais tellement heureuse, je volais», souffle Lara Fabian.

«100% made in Québec»

En effet, la chanteuse est récemment revenue s’installer ici, à Montréal, comme elle l’avait fait au début des années 1990. Et elle se fait d’ailleurs une fierté de souligner que Papillon est un album «100 % made in Québec», de la composition à l’enregistrement, en passant par les photos et le tournage des vidéoclips.

Elle est d’ailleurs convaincue que ce retour dans la Belle Province a teinté non seulement le processus créatif, mais également le produit final, arrivé dans les bacs il y a trois semaines.

«Une simple bulle créative, ça se déplace, que ce soit à Montréal, en Belgique ou en Italie. Mais c’était beaucoup plus que ça. Quand je sortais pour des tournages de La Voix, ou même juste aller faire mes courses, je croisais des gens qui me disaient être heureux que je sois revenue au Québec. Alors, c’est certain que ça a eu une très, très grande influence de voir que les gens m’accueillaient à nouveau ici, aussi chaleureusement», confie la chanteuse.

En français

Qui dit retour au Québec, dit retour au français. Lara Fabian renoue donc avec sa langue maternelle pour ces 11 nouvelles compositions. Et outre les extraits «Papillon», «Je suis à toi» et «Par amour», un autre titre attire déjà l’attention des fans de Lara Fabian. En effet, plus de 20 ans après avoir connu un succès monstre avec la pièce «Je t’aime», la chanteuse propose aujourd’hui... «Je ne t’aime plus».

À l’oreille, le lien de parenté entre les deux chansons est évident. Et la principale intéressée confirme qu’elles sont bel et bien liées, sans toutefois offrir d’explications quant à ce qui les a inspirées.

«Mais bien sûr qu’il y a une histoire qui les relie, avance la chanteuse en riant. Beaucoup de fans essaient de comprendre de qui je parle, mais ça, ça restera un mystère. Autant une chanson est personnelle, autant elle doit aussi être dépersonnalisée dans l’unique but d’être passée au suivant. Tu ne peux pas toujours raconter ton histoire, regarder ton propre nombril. Il faut raconter des histoires en s’imprégnant de son vécu, mais en poussant la narration plus loin, jusqu’à l’endroit où tu permets à quelqu’un d’autre de se l’approprier», ajoute-t-elle.

La cinquantaine sereine

Les fans devront toutefois s’armer de patience avant de pouvoir entendre les pièces de Papillon sur scène. Prise par les tournages de La Voix jusqu’en mai prochain, Lara Fabian se mettra ensuite au travail pour sa tournée mondiale qu’elle lancera à New York en septembre.

Ce 50 World Tour, qui la portera dans 50 villes du monde, lancera officiellement les festivités de son 50e anniversaire.

La chanteuse s’avoue particulièrement sereine à l’idée de passer le cap de la cinquantaine le 9 janvier 2020.

«50 ans, ce n’est qu’un chiffre, pas un état d’esprit. Je me sens comme une gamine. Alors tout va bien», confie-t-elle.