/regional/troisrivieres/mauricie

Le Doc Mailloux veut recommencer à soigner des ados

Amelie St-Yves | Journal de Montréal

Le controversé psychiatre Pierre Mailloux veut recommencer à soigner des adolescents en respectant les règles de dosage, après 11 ans d’interdiction de pratique auprès de cette clientèle.

Celui qu’on surnomme le Doc Mailloux ne peut plus pratiquer la psychiatrie auprès de mineurs depuis 2008 parce qu’il a prescrit des doses massives d’antipsychotiques jugées non conformes à des enfants de 6 à 12 ans, posant un risque pour leur santé.

Il se présente devant le Conseil de discipline du Collège des médecins cette semaine pour plaider la reprise de sa pratique auprès des adolescents souffrant de psychoses.

Demande grandissante

«Je ne représente aucun risque pour le public si je pratique de nouveau auprès des adolescents, même que je pense pouvoir être un atout», a-t-il avancé au terme d’une présentation dans laquelle il se représentait seul, mardi, à Trois-Rivières.

Il a dit n’avoir aucun intérêt financier à vouloir reprendre ce créneau, mais qu’il y a un besoin réel d’experts pour traiter les adolescents psychotiques. La demande n’ira pas en s’amenuisant, selon lui, à cause de la légalisation du cannabis qui peut déclencher des psychoses.

Il a ciblé les deux seuls médicaments qu’il compte utiliser pour traiter leurs psychoses et s’est engagé à respecter les doses maximales quotidiennes recommandées par les compagnies pharmaceutiques.

Il a souligné que, de toute façon, la schizophrénie peut souvent se contrôler avec de petites doses au début des symptômes.

«Je suis apprécié»

«Chez les adolescents, on commence lentement, et on les suit de proche», a dit le médecin, qui a été radié temporairement huit fois au cours de sa carrière.

Il a également souligné que les chefs d’accusation qui avaient mené à la limitation de sa pratique en 2008 n’impliquaient pas d’adolescents.

«Je me suis permis d’essayer d’améliorer le traitement des personnes lourdement atteintes de schizophrénie», a-t-il expliqué.

Il affirme être un bon psychiatre et toujours aimer son métier.

«On peut ne pas m’aimer à la radio ou quand je fais des déclarations publiques, mais dans mon bureau, je suis apprécié», a-t-il plaidé.

Le Syndic du Collège des médecins fera ses représentations mercredi quant à la possibilité de voir le Dr Mailloux traiter de nouveau des adolescents.