/finance/consumer

Avez-vous l'assurance nécessaire?

Maxime Trudel | Journal de Montréal

Apartments in North Montreal - Canada

Adwo - stock.adobe.com

Les assureurs l’ont compris, l’investissement immobilier gagne en popularité et de nombreux petits investisseurs se lancent dans l’aventure. Ainsi, l’offre de produits couvrant votre immeuble à revenus, incluant les locations à court terme, se multiplie.

Si vous possédez un plex depuis plusieurs années, il y a de fortes chances que vous ne réévaluiez pas chaque année vos assurances. Et pourtant ! Le simple fait de renégocier vos polices pourrait rapidement vous faire épargner des centaines de dollars.

Voici les principaux éléments à considérer :

1. La couverture des biens personnels

En cas de sinistre (vol, feu, inondation, etc.), vous voudrez dans un premier temps vous assurer que votre assurance remboursera un maximum de vos effets personnels. Dans le cas d’un immeuble à revenus, il vous faudra également considérer les biens de vos locataires.

Par ailleurs, il demeure crucial de confirmer que vos locataires détiennent aussi les assurances appropriées advenant que ceux-ci endommagent votre propriété par une négligence quelconque. Dans un tel cas, un incendie accidentel par exemple, votre assurance pourrait couvrir vos dommages pour ensuite se retourner vers le locataire ayant causé le sinistre. Celui-ci aura tout avantage à disposer des assurances nécessaires.

2. L’assurance responsabilité

Incluse dans la quasi-totalité des polices d’assurance habitation, l’assurance responsabilité vous protège en cas de poursuite, advenant que quelqu’un se blesse ou endommage ses biens sur votre propriété. Il s’agit ici d’évaluer le montant de la couverture désirée en discutant avec votre courtier d’assurance.

3. Les revenus locatifs

Passons aux nouveautés du marché de l’assurance.

L’assurance des revenus locatifs est encore méconnue. Cette couverture permet de réclamer vos loyers impayés normalement dus par vos locataires.

Chez April Canada, on confirme couvrir, entre autres, les scénarios suivants :

-Incapacité du locataire de payer son loyer

-Incapacité ou délai à faire évincer un locataire refusant de payer

-Décès d’un locataire

-Départ prématuré d’un locataire

Ces polices garantissent les revenus convenus dans votre bail à moins de manquement de la part du propriétaire. Attention toutefois : rien ne compensera les pertes liées à un logement pour lequel vous ne trouvez pas de locataire.

4. La location à court terme

Nous avons déjà abordé les assurances offertes aux propriétaires accueillant des touristes au moyen de plateformes telles que Airbnb. Bien que ces plateformes offrent des assurances, principalement en cas de poursuite, certaines polices offrent une protection supplémentaire.

Ainsi, April Canada lançait en juin l’une des premières polices de location à court terme au Québec à ne pas se limiter aux 30 jours annuels de location à court terme permis par la province. Elle couvre entre autres les dommages et vols causés par les locataires. Co-operators devrait également étendre au Québec sa police Duuo, déjà offerte dans d’autres provinces. Ce produit s’achète à la journée et ne s’applique ainsi qu’aux moments où vos locataires sont présents.

Vous l’aurez compris, les produits d’assurances se multiplient et il est d’autant plus important de bien s’informer pour choisir la couverture la mieux adaptée à votre situation. Les blogues des courtiers et compagnies d’assurance, dont la récente plateforme aprilrentals.ca (qui existe en français), sont un bon point de départ pour vos recherches. À lire avec un œil critique évidemment !