/news/tele

Maripier Morin s’est «battue» pour son rôle dans «La faille»

Marie-Josée R. Roy

 - Agence QMI

ART-MARIPIER-MORIN-FAILLE

COURTOISIE/PIXCOM

Après «La chute de l’empire américain», Maripier Morin vient d’hériter d’un autre alléchant rôle, cette fois dans la série «La faille». C’est au prix d’efforts acharnés qu’elle trace son chemin comme actrice.

«Je trouve important de le dire parce que, parfois, j’ai l’impression que les gens pensent que tout me tombe dessus sans que je ne fasse aucun effort», a-t-elle martelé jeudi.

Maripier partagera la vedette avec Isabel Richer dans la nouvelle série «La faille», que diffusera addikTV l’automne prochain.

Dans ce suspense écrit par Frédéric Ouellet («Grande Ourse») et réalisé par Patrice Sauvé («Victor Lessard»), on assistera aux retrouvailles entre une maman et sa fille à Fermont, sur la Côte-Nord, dans des circonstances troubles. La mère, une policière, devra enquêter sur le meurtre d’une danseuse nue et sur le décès d’un enfant de 3 ans.

«Il a fallu que je convainque Patrice Sauvé, que je passe une audition, a détaillé Maripier en entrevue avec l’Agence QMI. Je suis très, très, très contente d’avoir réussi à le convaincre. J’ai vraiment travaillé fort. Je voulais ce rôle. Quand j’ai lu le scénario, je suis tombée en amour avec le personnage. Je me suis battue.»

«Face au mur»

Maripier Morin s’accomplit de surcroît de plus en plus comme animatrice. En plus de copiloter pour une deuxième année consécutive le Gala Artis avec Jean-Philippe Dion, elle tiendra les commandes, à l’automne, de la série documentaire «Mais pourquoi?», sur la chaîne Z.

Par contre, le «talk-show» «Maripier!», qu’elle a mené pendant trois saisons à la même antenne, ne sera pas de retour, et ce, à sa demande.

«Je me suis "tiré la plogue"!» a-t-elle lancé.

En ce qui concerne «Face au mur», TVA n’a pas encore statué publiquement sur l’avenir du jeu. Qu’importe: Maripier Morin se dit particulièrement fière du boulot accompli sur ce plateau l’an dernier.

«Il y avait tellement de grandes attentes qui avaient été créées par rapport à la compétition entre Véro (Véronique Cloutier, dont le rendez-vous "1res fois" était logé dans la même case horaire à Radio-Canada l’an dernier, NDLR) et moi, qu’on ne parlait que de chiffres et de cotes d’écoute, et on était déçus par rapport aux projections. Mais moi, en termes d’animation, je suis extrêmement fière. J’aimais l’émission qu’on livrait. Je l’endosse encore. En termes d’animation, je trouve que c’est là que j’ai le plus évolué, parce que c’était tellement loin de moi. Il y a des gens qui n’étaient pas convaincus, mais j’ai travaillé fort et je me suis forcée. C’est "le fun", faire mentir le monde!»

De retour au Gala Artis

Jeudi après-midi, Maripier Morin et Jean-Philippe Dion tournaient la publicité du Gala Artis, qui roulera sur les ondes de TVA dans quelques semaines.

Après leur expérience concluante de 2018, les deux acolytes comptent s’en donner encore plus à cœur joie le 12 mai prochain, et promettent déjà une fiesta endiablée, tant pour les artistes que pour le public.

«On veut refaire ce qu’on a bien fait l’année passée et, ce qu’on fait bien, Jean-Philippe et moi, c’est le "party", a blagué Maripier. On est bons là-dedans. Les artistes ont aimé la soirée, on s’en est fait parler toute l’année. On veut leur en mettre encore plus "plein la face"!»

«Cette année, on sait d’avance le plaisir qu’on va avoir, a ajouté Jean-Philippe Dion. On sait à quel point c’était amusant l’an dernier. Maripier et moi, on n’était pas stressés, on jasait, on était heureux, on riait en coulisses. On veut retrouver cet état.»

Dans la même catégorie