/news/law

Un 3e homme accusé de complicité après les meurtres de Jean-Christophe Gilbert et Steve Lamy

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

L’arrestation et la mise en accusation d’un homme de 63 ans nous permettent d’en apprendre davantage sur le fil des évènements qui ont mené à la découverte des corps d’Ophélie Martin-Cyr, Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert en octobre dernier. Huit jours se sont écoulés entre le premier meurtre et le début de l’enquête policière.

Gilles Guilbault, de Trois-Rivières, a été officiellement accusé jeudi matin de complicité après les faits pour les meurtres de Jean-Christophe Gilbert et Steve Lamy. Il se serait aussi introduit par effraction et commis un vol dans la maison Steve Lamy.

C’est donc une troisième personne arrêtée pour complicité après les faits. Le procureur de la couronne, Me Benoît Larouche, n’a toutefois pas pu préciser à quel niveau se situe son implication afin de ne pas divulguer la preuve.

À LIRE ÉGALEMENT

Meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert: une troisième personne arrêtée

«Ça peut être plein de choses, explique-t-il. Une accusation de complicité après les faits est déposée contre des gens qui auraient caché un cadavre, caché de la preuve, détruit de la preuve, caché un accusé ou tenté de faciliter sa fuite en achetant par exemple des billets d’avions. Il y a vraiment plusieurs gestes qui peuvent être commis.»

Jean-Christophe Gilbert a été le premier à être assassiné. Guilbault est accusé d’avoir été complice en date du 2 octobre pour ce meurtre. La même accusation a été déposée contre lui pour le meurtre de Steve Lamy en date du 8 octobre.

C’est finalement le 10 octobre que leurs corps ont été découverts dans une voiture calcinée, quelques heures seulement après qu’on ait retrouvé la dépouille d’Ophélie Martin-Cyr à Yamachiche.

René Kègle et Francis Martel ont été accusés pour la mort d’Ophélie Martin-Cyr, mais personne n’a encore été épinglé pour avoir fait feu en direction des deux hommes, du moins, pas encore.

«On commence à voir poindre ce qui s’en vient, ajoute Me Larouche. L’enquête n’est pas terminée. Les policiers amassent de la preuve et me la transmettent. Quand on en aura suffisamment pour accuser quelqu’un, on va le faire.»

La drogue au cœur du litige?

Guilbault a multiplié les visites devant le juge depuis 1984.

À de nombreuses reprises, il a été condamné pour des vols et des introductions par effraction. Sa plus longue peine d'emprisonnement remonte à 2010. Il avait alors été condamné à 15 mois de prison pour trafic de drogue.

Sa plus récente frasque est survenue en 2017. Le tribunal lui avait imposé une peine de 40 jours de détention, suivie d'une probation de deux ans.

Dans la même catégorie