/regional/saguenay

Aucune accusation d'agression sexuelle pour le suspect

Elisa Cloutier | Journal de Québec

Le jeune homme de 21 ans qui devait être accusé d’agression sexuelle sur une mineure au palais de justice de Chicoutimi vendredi après-midi s’en tire finalement avec des accusations de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic et de possession illégale d’une arme à feu.

Vendredi, le Service de police de la Ville de Saguenay a confirmé qu’une plainte pour agression sexuelle avait été déposée à l’endroit de Marc-André Perron, 21 ans, de Jonquière.

Toutefois, les versions contradictoires du suspect et de l’adolescente de 15 ans impliquée dans cette affaire n’auraient pas permis de l’accuser. «Présentement, il n’y a pas de faits qui ont permis au procureur de porter des accusations d’agression sexuelle», a brièvement commenté Marc Simard, porte-parole du Service de police de la Ville de Saguenay.

Aucune accusation d’enlèvement et de séquestration n’a par ailleurs été déposée contre Marc-André Perron, vendredi.

Ce dernier fait face à des accusations de possession de cocaïne et de métamphétamines dans le but d’en faire le trafic, de possession illégale de cannabis et de possession d’une arme à feu de calibre 20, qui lui était interdite en vertu d’une ordonnance de la cour.

Selon les policiers, Perron connaissait la présumée victime.

Il l’aurait abordé dans le secteur de Chicoutimi, jeudi après-midi vers 15 h. Il l’aurait ensuite amenée à Jonquière.

Le jeune homme qui est connu des services policiers demeure détenu jusqu’à son retour en cours vendredi prochain.

L’enquête se poursuit. D’autres accusations pourraient s’ajouter dans cette affaire, confirment les policiers.

Pour sa part, la présumée victime a été prise en charge par des intervenants en centre jeunesse. Une trousse médico-légale a également été effectuée en centre hospitalier, pour les besoins de l’enquête.