/news/society

Offensive contre les «pimps» sur Instagram

Elisa Cloutier | Journal de Montréal

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, sept personnalités féminines populaires auprès des jeunes filles feront campagne sur Instagram, afin de les sensibiliser aux techniques de recrutement des proxénètes.

L’actrice Catherine Brunet, suivie par près de 121 000 abonnés sur Instagram, veut inciter les jeunes à faire preuve de jugement.

Gracieuseté

L’actrice Catherine Brunet, suivie par près de 121 000 abonnés sur Instagram, veut inciter les jeunes à faire preuve de jugement.

La campagne #LaisseToiPasAcheter, lancée par le Y des femmes de Montréal (YWCA), mettra en vedette les actrices Ludivine Reding, Julianne Côté et Catherine Brunet, la youtubeuse Gloria Bella, l’ancienne participante d’Occupation Double Noémie Bannes, la joueuse de tennis Françoise Abanda, ainsi que l’auteure Sarah-Maude Beauchesne.

Des «stories» pour sensibiliser

Suivies par des dizaines de milliers de jeunes filles, elles publieront aujourd’hui des «stories», dans le but d’inciter les adolescentes à développer leur «jugement critique».

Les jeunes femmes se mettront ainsi en valeur, en proposant des rabais sur des vêtements et accessoires mode. Mais en cliquant sur le lien, les abonnées seront redirigées vers le site de la campagne, où l’on donnera des conseils aux jeunes utilisatrices pour rester «vigilantes» sur les réseaux sociaux, alors qu’un «cadeau peut être trop beau pour être vrai».

La joueuse de tennis Françoise Abanda a accepté de faire partie de la campagne, pour rappeler à ses abonnées l’importance de faire preuve de vigilance sur Instagram, où les proxénètes sont de plus en plus actifs.

Gracieuseté

La joueuse de tennis Françoise Abanda a accepté de faire partie de la campagne, pour rappeler à ses abonnées l’importance de faire preuve de vigilance sur Instagram, où les proxénètes sont de plus en plus actifs.

Le Journal révélait d’ailleurs la semaine dernière que les réseaux sociaux sont devenus une véritable mine d’or pour les proxénètes, qui les utilisent massivement pour recruter leurs futures proies.

Relation virtuelle

«Les cadeaux ont toujours fait partie des techniques de recrutement des proxénètes. Et sur les réseaux sociaux, ça devient encore plus facile», affirme la porte-parole du Y des femmes de Montréal, Isabelle Gélinas.

Selon le centre Cyber-Aide, l’âge moyen du recrutement à des fins d’exploitation sexuelle est de 14,7 ans.

«Le proxénète peut commencer à suivre une jeune fille en la complimentant, en lui disant qu’elle est son genre, mais qu’elle serait encore plus belle avec tel ou tel accessoire. Il s’enclenche ensuite une relation virtuelle avec ce parfait inconnu, qui peut mener aux tactiques traditionnelles, soit la carte de l’amour», explique Mme Gélinas.

«L’important, c’est d’en parler. Que ce soit pour toi ou une amie, si tu remarques quelque chose de louche, si ton amie a par exemple de nouveaux vêtements, un nouveau chum qui semble mystérieux, parles-en», poursuit-elle.

L’organisme a choisi de miser sur Instagram pour faire passer son message, puisqu’il est aujourd’hui « omniprésent » auprès de cette jeune clientèle.