/news/world

Il a la vie sauve parce qu’il a raté son vol

TVA Nouvelles | AFP

Ahmed Khalid peut se compter chanceux d’être en vie. L’homme qui devait être à bord du vol fatidique ET 302 d’Ethiopian Airlines, a eu la vie sauve, parce qu’il est arrivé plus tard que prévu.

Ahmed Khalid qui arrivait de Dubaï devait effectuer une correspondance à Addis-Abeba pour embarquer vers Nairobi.

Un retard à Dubaï lui a toutefois fait rater l’avion d’Ethiopian Airlines, et il a donc dû attendre une autre correspondance, rapporte Reuters.

«Mon vol était de Dubaï à Addis Abeba, puis je prenais celui pour Nairobi. Mais à cause du retard à Dubaï j'ai raté le premier vol. On m'a dit alors d'attendre le deuxième vol à 11heures.»

C’est lorsqu’il était en vol qu’il a appris que l’appareil dans lequel il aurait dû se trouver s’était écrasé.

Des passagers de 33 pays étaient à bord, dont 18 Canadiens.

Le vol ET 302 avait décollé à 8h38 de l'aéroport international Bole d'Addis Abeba et il a disparu des contrôles radar six minutes plus tard.

L'appareil était piloté par le capitaine Yared Getachew (8000 heures de vol à son actif) et il avait fait l'objet d'une maintenance le 4 février.

Selon le PDG d'Ethiopian Airlines, le pilote a fait part de «difficultés» peu après le décollage et il a demandé à rentrer sur Addis.

«Le pilote a mentionné qu'il avait des difficultés et qu'il voulait rentrer» et «il a eu l'autorisation» de faire demi-tour et de repartir vers Addis Abeba, a expliqué M. GebreMariam.

Les enquêteurs éthiopiens et américains mèneront l'enquête de concert, a assuré le PDG de la compagnie.

L'avion aurait dû atterrir à Nairobi vers 10h30. Les conditions météorologiques étaient bonnes dimanche matin à Addis Abeba.

 

 

 

Dans la même catégorie