/news/politics

Le départ de Catherine Fournier fait réagir dans l’Est-du-Québec

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Le départ de la députée Catherine Fournier du caucus du Parti québécois fait grandement réagir dans l'Est-du-Québec où le PQ compte sept députés.

À lire également

Catherine Fournier quitte le PQ pour siéger comme indépendante

Catherine Fournier ne fondera pas un nouveau parti... «à ce moment-ci»

Le mot d'ordre au Parti québécois lundi était manifestement de passer un message d'unité et de minimiser le plus possible le départ de Catherine Fournier.

La jeune députée de 26 ans soutient que le Parti québécois ne sera jamais capable de réaliser l'indépendance, que l'avenir des souverainistes est ailleurs qu'au PQ.

Elle propose maintenant de regrouper les souverainistes de tous horizons au sein d'un mouvement mieux adapté à notre époque, a-t-elle dit.

Le chef intérimaire du Parti québécois s'explique mal la décision de Catherine Fournier.

«Moi je n'ai pas fait toute cette implication politique pour qu'un jour on me dise arrête de militer parce que Catherine Fournier a dit qu'il fallait aller ailleurs», a affirmé Pascal Bérubé.

«Mme Fournier siégeait à notre exécutif national, elle faisait partie des discussions et en aucun moment, elle a signifié sa dissension ou sa désapprobation», a rétorqué de son côté le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet.

N'empêche, avec cette défection est plus que jamais un parti isolé sur l'échiquier politique québécois. Le parti ne compte plus que deux députés hors de l'Est-du-Québec. Il se retrouve également avec un député de moins que Québec Solidaire.

Mais le chef intérimaire Pascal Bérubé refuse de s'inquiéter. Selon lui, le PQ conserve des assises solides dans toutes les régions du Québec.

Le chef péquiste va annoncer plus tard cette semaine le début d'une importante réflexion sur l'avenir du Parti québécois.