/news/law

Un septuagénaire de Warwick accusé 30 ans plus tard

Yves Charlebois | Agence QMI

YVES CHARLEBOIS/AGENCE QMI

Paul-Émile Therrien, un homme de 78 ans domicilié à Warwick dans les Bois-Francs, doit répondre à 12 chefs d'accusation de nature sexuelle et de menace de mort à l'égard de deux plaignantes pour des gestes qui seraient survenus entre 1984 et 1995.

Le procès de l'ex-entrepreneur en construction s'est ouvert mardi devant un jury de sept femmes et cinq hommes sous la présidence du juge Serge Francoeur de la Cour supérieure du Québec. L'avocat de la poursuite, Me Michel Verville, a mentionné aux jurés qu'il fera entendre cinq témoins, soit un policier, les deux plaignantes et deux autres personnes, et qu'il déposera la déclaration d'un témoin qui est maintenant décédé.

L'identité des plaignantes ne peut être dévoilée en raison d'une ordonnance de non-publication.

Le premier témoin à s'amener à la barre, l'enquêteur François Beaudoin de la Sûreté du Québec, a raconté que les plaignantes ont fait des dépositions le 31 mai 2015. Elles sont âgées aujourd'hui de 45 et 38 ans et elles n'avaient pas revu l'accusé depuis de nombreuses années au moment de porter plainte.

Cette démarche des deux plaignantes l'enquêteur à mener une perquisition au domicile de Therrien le 12 décembre 2015. La résidence, située dans un rang de campagne, était alors en vente pour un montant de 499 000 $. Le policier a déposé de nombreuses photos illustrant l'intérieur qui est équipé d'une piscine intérieure, d’un sauna, d’un spa, d’un gymnase et d’une immense terrasse sur un toit.

Dans sa fouille, M. Beaudoin a trouvé plusieurs photos personnelles, dont l'une au moins montre une des plaignantes nue. Un révolver, qui était hors d'usage avec du métal dans le canon et la détente inopérable, a été trouvé dans le bureau de Therrien.

Agression ou argent?

En contre-interrogatoire, l'avocat de Therrien, Me Ronald Robichaud, a fait ressortir que la plus jeune des plaignantes a déclaré à l'enquêteur que le septuagénaire était millionnaire et qu'elle avait entamé une poursuite civile.

Dans sa déposition à la police, la dame a parlé du révolver chez Therrien et des photos d’elle nue.

Le procès reprendra mercredi avec le témoignage de cette plaignante.

La conjointe de Paul-Émile Therrien, Aline Michaud, 59 ans, est également accusée dans cette affaire. Son procès se tiendra plus tard cette année.