/regional/homepage

Déboires de la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout : certains clients auront droit à un crédit

Agence QMI

La Société des traversiers du Québec (STQ) retournera sous forme de crédits l’équivalent de 488 000 $ aux quelque 2800 clients touchés par des annulations de service à la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout.

Les crédits pourront être dépensés pour utilisation future par tous les clients dont la réservation a été annulée depuis le 19 décembre dernier et à qui la STQ ne pouvait offrir d’alternative adéquate. Elle vise autant les particuliers que la clientèle corporative. Le crédit pourra être utilisé seulement pour la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout.

«La STQ reconnaît le caractère exceptionnel de la situation. Cette première mesure vise à fournir un appui rapide et concret à nos clients qui ont été directement touchés par une annulation de service», a expliqué Stéphane Lafaut, PDG par intérim de la STQ.

À titre d’exemple, un propriétaire de camion-remorque qui avait réservé un aller-retour pourrait obtenir un crédit allant jusqu’à 960 $. Une famille de deux enfants pourrait, elle, avoir droit à un remboursement d’environ 225 $.

D’autres mesures, dont la nature n’a pas été précisée, seront annoncées dans une deuxième phase de dédommagement, a précisé la STQ.

Pour les particuliers, le crédit sera envoyé par la poste à compter du début du mois d’avril. Pour ce qui est des clients commerciaux, ils seront contactés au cours des prochaines semaines par le personnel de la STQ et une note de crédit sera automatiquement ajoutée au compte client.

Pas assez

Pour le Parti québécois, cette première vague de compensation est «bien peu», notamment parce que les clients sont remboursés en crédit, et non en argent.

Le député péquiste Martin Ouellet a donné l’exemple de touristes qui n’utiliseront jamais le crédit auquel ils ont droit parce que la traverse se trouve à des centaines, voire des milliers de kilomètres de leur domicile.

De plus, M. Ouellet estime que certaines personnes devraient avoir droit à une compensation en raison des coûts engendrés par l’annulation d’une traversée (essence, hôtel, etc.), même s’ils n’ont pas acheté de billet.

«Il faut avoir réservé pour avoir droit à la compensation, alors que la plupart des gens n’ont pas réservé parce qu’il n’y avait pas de place [dans le navire de remplacement]», a-t-il expliqué.

«C’est beaucoup de gymnastique que les gens ont dû faire, et je pense qu’on n'en tient pas compte en ne considérant que les réservations annulées», a-t-il ajouté.

Il invite d’ailleurs les gens qui ont vécu des préjudices en raison des annulations à «intenter tous les recours possibles».

La situation de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout est un véritable cauchemar pour la STQ depuis la mi-décembre. Alors que le «NM F.-A.-Gauthier» est hors service depuis le 17 décembre 2018 en raison d’ennuis mécaniques, son remplaçant, le «NM Apollo», a percuté une structure terrestre à Godbout, sur la Côte-Nord, le 25 février dernier. Il avait dû passer près de deux semaines en réparation et n'a pu reprendre du service que vendredi dernier.

Dans la même catégorie