/news/society

Les coachs ont la cote sur les réseaux sociaux

TVA Nouvelles

L'industrie de l'amaigrissement génère des milliards de dollars annuellement dans le monde. Ça incite de plus en plus de gens à s'improviser coachs en nutrition, un phénomène est particulièrement répandu sur les réseaux sociaux.

Même si ce n'est pas toujours facile de savoir en qui on peut avoir confiance, puisque la recherche de profits est souvent ce qui motive une personne à devenir coach, il y a encore des gens honnêtes pour qui l'expérience a été très bénéfique.

C'est le cas de Catherine Desgagné, mère de trois enfants, qui est devenue coach. «J'en suis à 70 livres de perdus. C'est vraiment de l'effort, de la saine nutrition, de faire des choix équilibrés. Il n'y a de privation, de diète miracle ou de pillule miracle», dit-elle.

La publication du nouveau guide alimentaire lui a confirmé qu'elle était dans la bonne direction. Elle n'a pas la prétention d'être une professionnelle dans le domaine et comprend les craintes. 

«Ce sont des plans qui ont été conçus par des nutritionnistes, par des experts en nutrition. Nous, on est là pour les expliquer. On donne pas de conseils nutritionnels, on ne va pas bâtir des plans en particulier pour des personnes. Ce n'est pas mon rôle, je n'ai pas les compétences pour ça», conclut-elle.