/finance/homepage

Boeing suspend les livraisons des 737 MAX, l'industrie québécoise préoccupée

Agence France-Presse 

Boeing a annoncé jeudi la suspension des livraisons de ses avions moyen-courriers 737 MAX, qui ont été interdits provisoirement de vol dans le monde après deux accidents récents d'appareils de ce type, l'un d'Ethiopian Airlines, l'autre de Lion Air.

«Nous suspendons la livraison des 737 MAX jusqu'à ce que nous trouvions une solution», a déclaré à l'AFP un porte-parole, ajoutant que l'avionneur américain poursuivait en revanche leur production.

À lire aussi: À qui profite la crise qui touche Boeing?

À lire aussi: Un casse-tête logistique pour les compagnies aériennes

«Mais nous sommes en train d'évaluer nos capacités», c'est-à-dire de savoir où les avions sortis des chaînes d'assemblage vont être stockés, a-t-il expliqué.

Le porte-parole a en outre écarté l'éventualité de réduire le rythme de production ou de fermer provisoirement des usines.

Boeing produit actuellement 52 MAX par mois et il prévoyait avant cette crise d'augmenter la cadence de production à 57 exemplaires éventuellement en juin.

L’industrie québécoise préoccupée

Les déboires de l'avionneur américain Boeing pourraient affecter les carnets de commandes de plusieurs entreprises du Québec.

La compagnie américaine a annoncé jeudi la suspension des livraisons de ses avions moyen-courriers 737 MAX, qui ont été interdits provisoirement de vol dans le monde après deux accidents récents d'appareils de ce type, l'un d'Ethiopian Airlines, l'autre de Lion Air.

Boeing compte près de 600 fournisseurs canadiens, dont une forte proportion se trouve sur le territoire québécois. La multinationale CAE, qui conçoit les simulateurs de vol du 737 MAX 8, fait partie des entreprises qui pourraient être affectées.

«Ça va inquiéter des gens dans l'industrie parce qu'ils ne savent pas à quoi s'en remettre», convient l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, qui dirige un groupe de réflexion sur le secteur de l’aérospatial.

«La nervosité, c'est normal pour celui qui est fournisseur et Boeing a effectivement des fournisseurs au Canada. Boeing a une présence au Canada», rappelle-t-il.

C'est l'ensemble de l'industrie qui est interpellée, selon le vice-président de Pratt & Whitney, qui fabrique des moteurs à Longueuil.

«La sécurité des produits et la qualité sont primordiales et d'importance numéro 1 chez Pratt & Whitney Canada. Je peux parler pour toute l'industrie au complet», assure Kevin P. Smith.

Plusieurs sous-traitants pourraient donc pâtir d'une baisse des cadences de production. Tout dépendra de la réputation du 737 MAX et du moment où il reprendra du service, d'ici quelques semaines, voire quelques mois.

Avions cloués au sol

L'agence américaine de l'aviation (FAA) a ordonné mercredi de clouer au sol «provisoirement» les Boeing 737 MAX 8 et 9 aux États-Unis dans le sillage de décisions similaires des autorités de sécurité aérienne dans le monde entier.

Washington a justifié ce choix par la collecte de «nouvelles données» satellitaires fournies par le Canada, montrant des similarités entre la tragédie d'Ethiopian Airlines et celle de Lion Air.

L'interdiction de vol «sera maintenue le temps de plus amples investigations, incluant l'examen des informations contenues» dans les deux boîtes noires de l'appareil d'Ethiopian, accidenté dimanche, a indiqué la FAA.

L'accident en Éthiopie, qui a fait 157 morts, est survenu moins de cinq mois après l'accident d'un même avion de la compagnie indonésienne Lion Air, en mer de Java, fin octobre, qui a tué 189 personnes.

Les deux boîtes noires du transporteur éthiopien, qui devraient livrer le ou les scénarios de l'accident, ont été réceptionnées jeudi en France par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), une agence spécialisée chargée d'en extraire les données pour le compte des enquêteurs éthiopiens.

La première boîte noire contient les paramètres de vol, la seconde les conversations et alarmes du cockpit qui ont été enregistrées jusqu'à l'accident.

L'enquête de la catastrophe de Lion Air a pour le moment mis en cause un dysfonctionnement sur le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le «MCAS» (Maneuvering Characteristics Augmentation System).

«Boeing garde une confiance totale en la sécurité du 737 MAX», avait assuré le groupe après l'annonce mercredi de la décision de bannir du ciel son nouvel appareil, version remotorisée de son best-seller, le Boeing 737.

Dans la même catégorie