/news/law

Il n’aurait jamais tué ses «amis» pour gérer un «trou»

Magalie Lapointe | Le Journal de Montréal

Il est impossible que l’homme accusé d’avoir tué un copropriétaire d’un bar de danseuses nues et sa gérante l’ait fait pour en prendre le contrôle, car l’endroit est considéré comme « un trou » qu’il faisait vivre à lui seul comme client, a plaidé la défense.

Les plaidoiries ont commencé hier au palais de justice de Saint-Hyacinthe, dans le cadre du procès de Guiseppe de Leto, accusé des meurtres prémédités de Martin Bélair et de sa conjointe Nancy Beaulieu, qui travaillaient au Cabaret Flamingo de Saint-Hyacinthe.

Les meurtres auraient été perpétrés le 6 janvier 2015, alors que les corps ont été retrouvés ligotés dans des draps dans la boîte du camion de Martin Bélair, à Mascouche, trois jours plus tard.

L’avocat de Guiseppe a reconnu que son client n’était pas un ange.

« J’aurais aimé vous présenter Barack Obama à la barre des témoins », a lancé Me Marc Labelle. Il a plutôt présenté son client comme un homme qui a des antécédents judiciaires en matière de stupéfiants.

Pour l’avocat, l’argument de la Couronne voulant que l’accusé ait prémédité, des mois à l’avance, les meurtres de ceux qu’il considérait comme ses amis ne tient pas la route.

Lieu du crime

« Où est-ce que le crime a eu lieu ? Il aurait causé la mort de ses deux amis pour un bar qui est un trou ? Pourquoi ? Vous ne le savez pas ! » a sermonné Me Labelle.

« Il va tuer son partenaire d’affaires pour prendre le contrôle d’un bar que c’est lui qui fait marcher... C’est une espèce de plan machiavélique », a continué Me Labelle.

Tout au long de ses plaidoiries, l’avocat de la défense a rappelé que les preuves contre son client étaient circonstancielles, comme le fait qu’il ait loué un véhicule le jour du drame, qu’il ait acheté une arme de calibre 12 quelques jours avant le meurtre, et qu’il se soit procuré, le jour des homicides, des draps et de la corde identiques à ceux utilisés pour ligoter et envelopper les corps.

« Pas de mobile »

« Il [de Leto] a offert un témoignage sans être obligé de le faire. Il n’y avait pas de mobile ni de raison de le faire », a plaidé Me Labelle.

L’avocat a aussi rappelé que l’arme du crime n’a pas été retrouvée, que le lieu du meurtre n’a pas été prouvé, ni la raison pour laquelle Mme Beaulieu aurait été tuée par celui qu’elle considérait comme « son brother [frère] ».


► Les plaidoiries de la Couronne seront entendues aujourd’hui.

Dans la même catégorie