/regional/montreal/montreal

Le syndicat des cols bleus sous tutelle pour un an de plus

Yves Poirier | TVA Nouvelles 

Plus d’un mois après le rejet massif par les cols bleus montréalais d’une révision de leurs statuts et règlements, la centrale syndicale SCFP a décidé jeudi de prolonger la tutelle de la section 301 pour au moins une autre année.

Ce rejet avait été interprété par plusieurs comme un pied de nez des cols bleus, regroupés au sein de la section 301, envers la grande centrale.

Dans un communiqué, diffusé jeudi, le conseil exécutif national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), réuni à Ottawa, indique avoir voté à l’unanimité en faveur de la prolongation de la tutelle. Cette décision est jugée indispensable, écrit-on, pour achever les travaux de révision des statuts, puis tenir des élections générales à la section 301 du SCFP.

La tutelle devait prendre fin en mai 2019. La prolongation votée jeudi est d’une durée théorique d’un an. Cependant, le SCFP affirme avoir l’intention d’effectuer le travail dans les meilleurs délais, et la tutelle pourra être levée après l’élection d’un nouvel exécutif par les membres.

La section 301 est présentement en processus de formation d’un comité qui préparera un nouveau projet d’amendements aux statuts. Le projet élaboré par ce comité de cinq membres sera soumis à l’approbation de l’assemblée générale des cols bleus. Cette étape est nécessaire pour rendre possible la tenue des élections.

Rappelons que la section a été placée sous tutelle du SCFP national en mai 2017. Cette mesure vise à corriger des problèmes importants dans son fonctionnement. La mise en tutelle initiale avait été votée à l’unanimité par le conseil exécutif national du SCFP, en réponse à une multitude de plaintes reçues sur une longue période au sujet de problèmes de plusieurs ordres.

Le SCFP est le plus grand syndicat canadien. Il compte 680 000 membres au pays. Il représente des travailleuses et travailleurs de la santé, de l’éducation, des municipalités, des bibliothèques, des universités, des services sociaux, des services publics, des transports, des services d’urgence, du transport aérien et des communications.