/news/currentevents

Sa luxueuse maison encore incendiée

Axel Marchand-Lamothe | Journal de Montréal

Criblé de dettes, un héritier d’une richissime famille montréalaise qui a fait fortune dans les stationnements payants est la cible d’une série d’incendies criminels depuis six mois.

John Essaris, un homme d’affaires impliqué dans la restauration et l’immobilier, a vu sa résidence de 2,2 millions $ de Westmount être lourdement endommagée par les flammes hier.

Il s’agit d’un troisième attentat contre sa propriété depuis octobre.

Les suspects auraient fracassé une vitre du rez-de-chaussée de la résidence du chemin Edgehill avant d’y lancer un cocktail Molotov vers 1 h 30. La famille était absente.

Le 18 octobre, trois véhicules de luxe stationnés dans l’entrée de son domicile de Westmount étaient également incendiés. Puis, en décembre, la résidence aurait été visée une première fois par un cocktail Molotov.

Selon nos informations, des dettes impayées pourraient être à l’origine de ces « messages » qui lui sont passés.

Agence QMI, Erik Peters

 

Fortune

Son père, James Essaris, a connu beaucoup de succès dans le milieu des affaires avec Stationnement Métropolitain qui possède de nombreux parkings payants et la chaîne Presse Café.

Il était arrivé au Québec sans le sou dans les années 1950 afin de fuir la guerre civile qui ravageait sa Grèce natale pour devenir l’un des hommes d’affaires les plus prospères de la métropole québécoise.

Dans les dernières années, ils ont converti certains stationnements en tour à condos comme Le Crystal de la Montagne et la Tour Icône.

Faillite

On ne peut en dire autant de son fils John qui a été impliqué dans deux importants échecs de chaînes de restauration au cours des dernières années.

D’ailleurs, la cossue demeure incendiée avait été donnée à sa femme quatre jours après avoir placé l’une de ses entreprises à l’abri de ses créanciers, le 16 novembre dernier.

La Prep, une franchise de cafés-bistros, devait plus de 390 000 $ à deux entreprises de location d’espaces commerciaux, selon les documents obtenus par Le Journal.

Cette compagnie, aussi connue sous le nom Les Cafés Del Mundo, était également poursuivie aux États-Unis pour défaut de paiement d’un bail de location dans un centre d’achats de la Floride.

John Essaris a aussi été impliqué dans une autre quasi-faillite retentissante dans le milieu de la restauration, celle de la chaîne Café Suprême en 2011.

En 2005, lors de l’ouverture d’un Café Suprême au West Edmonton Mall, John Essaris était photographié avec Roberto Ferra, un franchisé. Une poursuite de 300 000 $ a été déposée par la banque Toronto Dominion récemment contre eux à Montréal.

La compagnie avait accumulé plus de 1 M$ en dettes, mais était parvenue à éviter de fermer les livres en s’entendant avec ses créanciers. Plusieurs franchisés avaient d’ailleurs changé de bannière pour se joindre à La Prep.

– Avec la collaboration d’Andrea Valeria et d’Hugo Joncas

Dans la même catégorie