/regional/estduquebec/cotenord

Nouvelle collision avec un quai pour le «Apollo»

Agence QMI

À peine de retour en mer pour assurer la desserte Matane–Baie-Comeau–Godbout, le «NM Apollo» est de nouveau à l'arrêt après avoir, pour une seconde fois, heurté un quai samedi soir en rentrant à Matane.

Par communiqué, la Société des traversiers du Québec (STQ) a expliqué que le traversier pourrait avoir subi «une défaillance d'un système lors de la manœuvre d'approche du quai, alors que de forts vents secouaient le secteur».

 

Par conséquent, le navire a heurté le quai de plein fouet. La porte d’embarquement du navire et sa coque ont été endommagées sous l'impact, a détaillé Julie Drolet, directrice des communications à la STQ.

Bien que les dommages faisaient toujours l'objet d'une évaluation dimanche, Mme Drolet estimait déjà que le navire ne serait pas disponible pour au moins quelques jours. Un service de navette aérienne sera donc mis en place pour la semaine, avec une priorité accordée aux voyageurs qui avaient une réservation pour le traversier.

 

La STQ tente aussi d'obtenir du renfort de la part du «CTMA Voyageur». La priorité de ce navire demeure toutefois le ravitaillement des Îles-de-la-Madeleine, si bien qu'il pourrait ne pas être disponible.

De son côté, le Bureau de la sécurité des transports du Canada a fait savoir qu'une équipe d'enquêteurs a été envoyée sur place par le BST pour faire la lumière sur ce nouvel événement. Ceux-ci devraient notamment analyser les données de la boîte noire du bateau.

 

Le «Apollo» transportait 66 passagers au moment de la collision. Personne n'a été blessé, a précisé Alexandre Fournier, porte-parole du BST, en entrevue à LCN.

Pas une première

Ce nouvel incident s'ajoute aux déboires qui marquent la traverse, essentielle pour les déplacements dans l'Est-du-Québec. En février dernier, le «Apollo», acheté par la STQ au coût de 2,1 millions $ pour remplacer le «F.A.-Gauthier», avait été lourdement endommagé lors d'une collision au quai de Godbout au cours de laquelle sa coque avait été perforée.

Le traversier avait dû passer près de deux semaines en réparation avant de pouvoir reprendre la mer le vendredi 8 mars. Entre-temps, la traverse avait été partiellement assurée par le «CTMA Vacancier», tandis qu'une liaison aérienne avait été mise en place.

Il est toutefois trop tôt pour établir un lien entre cette collision et celle survenue dimanche. L'enquête sur la cause de l'accident est d'ailleurs toujours en cours, a affirmé Julie Drolet.

Déboires coûteux

La STQ a annoncé la semaine dernière qu'elle versera près de 500 000 $ en crédit à quelque 2800 clients touchés par des annulations de service à la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout.

Rappelons que le «F.A.-Gauthier», un navire pratiquement neuf acheté au coût de 148 millions $ en Italie qui devait être le fleuron de la STQ, n'est pas en mesure d'assurer la traverse puisqu'il se trouve en cale sèche pour réparer des problèmes de propulseurs.

Le «F.A.-Gauthier» est toujours en réparation et l'enquête visant à déterminer la cause de ses avaries se poursuit. Aucune date de remise en service n'est prévue pour le moment, a précisé Mme Drolet.