/news/culture

Le Québéc se démarque aux Juno

Cédric Bélanger | Journal de Montréal

Les artistes québécois ont fait belle figure au gala hors d’ondes des prix Juno, hier soir : ils ont récolté cinq trophées, et même s’il n’a rien gagné, Hubert Lenoir s’est fait remarquer en offrant une performance électrique et... épicée.

Débarqué avec son groupe à la toute dernière minute à London, après avoir joué la veille à Austin, au Texas, la sensation musicale de la dernière année avait le mandat de lancer la soirée et il a été à la hauteur de sa sulfureuse réputation.

Juno Awards Gala (arrivals)

AFP

 

Sur l’air de Ton hôtel — non, il n’a pas chanté son méga succès Fille de personne II —, Lenoir a tout laissé sur scène. Coiffé d’une tuque rose, il a aligné les poses suggestives, embrassé son guitariste à pleine bouche en exhibant son majeur et conclu sa prestation en mugissant dans son micro.

Il a cependant échappé les deux prix Juno qu’il convoitait : album pop et album francophone. Il lui reste quand même une chance, ce soir, lors du gala télévisé, puisque son opéra rock Darlène est nommé pour le Juno de l’album de l’année, contre les opus des stars mondiales Shawn Mendes et The Weeknd.

Enfin pour Voivod

C’est Loud, avec Une année record, qui a remporté le Juno réservé aux albums en français. Un prix dans un gala canadien peut-il lui ouvrir les portes du marché anglophone ? « Ça reste à prouver, je n’en ai aucune idée. Mais c’est très difficile d’apprécier le rap québécois sans comprendre les paroles », a-t-il signalé.

Après 36 ans d’une longue et fructueuse carrière, le groupe de Jonquière Voivod a remporté son premier Juno, celui remis au meilleur album métal/hard rock.

Juno Awards Gala (show)

AFP

 

Finalement, ont soupiré les gars. « Je ne dirais pas que nous ne sommes pas reconnus à notre juste valeur », a cependant tenu à préciser Denis « Snake » Bélanger. « On tourne à travers le monde et nous sommes reconnus pour qui on est. »

Euphoriques, les filles de Milk & Bone ont couronné une année remarquable avec le Juno de l’album électronique. « Merci à Montréal et au Québec, C’est la maison et sans vous, ce ne serait pas possible », s’est exclamée Laurence Lafond-Beaulne après que le duo eut noté avec bonheur la présence de plusieurs artistes féminines dans leur catégorie.

Les Montréalais Wesli et Ana Sokolovic ont complété la récolte québécoise en mettant la main sur les Juno de l’album world et de la composition classique de l’année.

Absent parce qu’il se trouve actuellement en Europe, Shawn Mendes a quand même été le grand gagnant de cette soirée où l’on remettait la plupart des prix, avec quatre trophées dans des catégories prestigieuses.

Les principaux gagnants

Album électronique de l’année

Deception Bay, Milk & Bone

Album métal/hard rock

The Wake, Voivod

Album francophone de l’année

Une année record, Loud

Album de musique world de l’année

Rapadou Kreyol, Wesli

Composition classique de l’année

Golden Slumbers Kiss Your Eyes, Ana Sokolovic

Single de l’année

In My Blood, Shawn Mendes

Artiste de l’année

Shawn Mendes

Auteur-compositeur de l’année

Shawn Mendes

Album pop de l’année

Shawn Mendes

Album rock de l’année

Arkells, Arkells

Enregistrement rap de l’année

Love Me Now, Tory Lanez

Prix humanitaire

David Foster

Dans la même catégorie