/regional/montreal/montreal

Des milliers de personnes au 196e défilé de la Saint-Patrick

Béatrice Roy-Brunet | Agence QMI

Malgré le froid, des dizaines de milliers de personnes ont assisté dimanche au 196e défilé de la Saint-Patrick de Montréal, qui était de retour sur la rue Sainte-Catherine cette année.

Selon Ken Quinn, porte-parole de l’événement, environ 200 000 spectateurs ont convergé vers les rues du centre-ville pour assister au défilé.

«C’est vers le nombre qu’on s’attendait, mais c’était un peu plus froid que ce qu’on attendait. Ça devait être ensoleillé et moins deux. C’était sûrement pas ensoleillé», a-t-il raconté en riant.

 

Cette année, les organisateurs de la parade ont été dans l’obligation d’opter pour un parcours abrégé en raison des nombreux travaux effectués sur la rue Sainte-Catherine à partir de l'avenue McGill College. «On était confiant, même si on avait moins d’espace», a noté M. Quinn.

Le convoi a ainsi entamé son circuit au coin des rues Sainte-Catherine et du Fort, dans le centre-ville. Les participants ont ensuite continué leur chemin, vers l’est, jusqu’au square Dorchester.

La parade s’est déroulée sans anicroche. «Ça s’est bien passé. Le départ s’est fait à midi comme prévu et il y a pas eu d’événement», a expliqué M. Quinn.

Moins de participants

Environ 2000 figurants ont défilé jusqu'à 15h dans la métropole. Les participants étaient accompagnés d’une vingtaine de chars allégoriques et d’une quinzaine de fanfares.

«Il y avait un peu moins de participants cette année», a-t-il raconté. Mais sur le boulevard René-Lévesque, on avait moins d’espace pour faire le set-up avant le défilé», a expliqué M. Quinn.

«Après notre date d’échéancier, on n’a simplement pas couru après les gens qui n’ont pas répondu à nos courriels. On n'a pas cherché pour des gens.»

Une tradition

L’événement, organisé par l'organisme Les Sociétés irlandaises unies de Montréal, revêt une importance particulière pour certains spectateurs. Keith Eric Bourdeau, d’origine irlandaise, n’a pas manqué une parade depuis sa jeunesse.

«J’ai 50 ans et je suis là chaque année», a-t-il mentionné après avoir serré la main de plusieurs acteurs du défilé.

Selon M. Bourdeau, la journée est annonciatrice du printemps. «Les fleurs commencent à sortir, il commence à faire beau», a-t-il raconté en souriant.

Ce dernier change de costume à chaque défilé, mais arbore toujours fièrement la couleur verte. «Chaque année je change mon style, je change mon bling. J’aime ça.»

«Je pense que c’est trop court cette année, mais c’est correct, là, c’est le fun quand même.»