/news/politics

François Legault fait volte-face et redonnera les prochains trop-perçus d’Hydro-Québec

Le gouvernement Legault fait volte-face et redonnera aux clients d’Hydro-Québec 100 % des trop-perçus, à la suite de la publication d’un sondage Léger qui montre que 92 % des Québécois veulent être remboursés.

«On a entendu les Québécois. Le statu quo n’est pas acceptable. Ce sont 100 % des trop-perçus qui seront redonnés dans le futur», a annoncé le ministre de l’Énergie Jonatan Julien mardi lors d’une mêlée de presse à l’entrée du caucus caquiste.

La CAQ est dans l’embarras depuis plusieurs semaines sur la question des trop-perçus d’HQ. Après avoir dénoncé cette «taxe déguisée», le premier ministre François Legault trouvait maintenant des mérites à une formule qui incite la société d’État à être plus efficace.

Le Journal révélait d’ailleurs mardi matin que 92 % des répondants d’un sondage Léger souhaitent que le gouvernement caquiste indemnise en tout ou en partie les clients d’Hydro-Québec pour les trop-perçus engrangés depuis des années.

La CAQ concède qu’à partir d’aujourd’hui, l’État ne mettra plus la main sur ces sommes d’argent. Une formule prévoyait depuis 2017 qu'au moins 50 % de ces sommes seraient redonnés aux clients par un mécanisme complexe. Ce sera maintenant 100 %.

Mais qu'arrivera-t-il avec les trop-perçus des dernières années? Dans l’opposition, François Legault a souvent laissé entendre que les trop-perçus d’Hydro-Québec n’étaient pas l’œuvre d’un mauvais calcul, mais d’une «commande du gouvernement libéral». Des calculs effectués par la CAQ démontraient qu’entre 2008 et 2016, les Québécois avaient payé 1,5 G$ de plus que ce qu’ils auraient dû sur leur facture d’électricité, soit environ 350 $ par client.

Voler les Québécois

Le premier ministre Legault a même affirmé aujourd’hui qu’en 2014-2015, «les libéraux ont comme laissé Hydro-Québec un peu voler les contribuables», a-t-il dit.

Il «entend très bien la grogne de la population». Il ne s’engage pas à rembourser la totalité des 1,5 G$ de trop-perçus des dernières années, mais il pourrait en redonner une partie dès l’an prochain. «On parle d’un compromis qui serait fait, une augmentation moins grande et peut-être même une diminution des tarifs», a-t-il lancé.