/regional/montreal/montreal

La ministre invite exo à s’expliquer sur la distribution du «24 heures»...si nécessaire

Agence QMI

GEN-Nouvelle image de marque du RTM: une première voiture de train aux couleurs d’«exo»

Zacharie Goudreault / Agence QMI

Même si la ministre déléguée aux Transports Chantal Rouleau «ne peut expliquer» à quoi faisait référence un dirigeant d’exo en parlant «d’autoflagellation», elle ne pense pas que l’organisme responsable des trains de banlieue a mis fin à la distribution du «24 heures» en guise de représailles.

Notre Bureau d’enquête a révélé lundi qu’un dirigeant d’exo a choisi de ne pas renouveler le contrat de distribution du «24 heures» sur les quais des trains de banlieue parce qu’il était insatisfait de la couverture médiatique que faisaient certains journaux des trains de banlieue.

Dans un courriel interne, il a notamment dit vouloir mettre fin à «l’autoflagellation» qu’impliquait la distribution de journaux qui publient des reportages critiques à l’égard de l’organisme public.

Questionnée à cet égard mardi, après avoir refusé de s’expliquer la veille, Mme Rouleau n’a pas voulu commenter la référence à «l’autoflagellation», disant qu’elle «ne peut expliquer le courriel».

Au besoin

Cependant, elle s’est permis d’inviter exo à préciser sa pensée, si l’organisme en ressent le besoin. «S’il y a des explications [...] à donner, j’aimerais qu’exo le fasse», a-t-elle dit.

«Il y a aussi une décision d’affaires entre deux entités indépendantes, alors je ne peux pas intervenir dans cette relation commerciale», a-t-elle ajouté.

À l’instar de sa collègue, le ministre des Transports, François Bonnardel, refuse d’établir un lien entre les reportages critiques et la fin du contrat qui garantit la publication du quotidien sur les quais.

«Moi je ne vois pas de lien entre la fin d’un contrat et une situation de mauvaise presse», a dit M. Bonnardel, lors d’une mêlée de presse, mardi.

Quant au courriel laissant paraître une exaspération de la couverture médiatique par un dirigeant de l’organisme, «je pense que c’est à [exo] de répondre», s’est contenté de dire le ministre.

Dans la même catégorie