/finance

Maigres promesses pour les locataires

Philippe Orfali | Journal de Montréal

ARCHIVES/JOURNAL DE MONTRÉAL

Ottawa pense aussi aux locataires avec son plus récent budget, mais ne leur accorde aucun répit immédiat face à la pénurie de logement et à l’augmentation du coût des loyers.

Le gouvernement Trudeau va ainsi injecter 385 millions d’ici cinq ans pour la construction d’habitations locatives au pays, des fonds qui s’ajoutent à une autre enveloppe présentée il y a deux ans. Cet argent neuf doit mener à la construction de 42 500 logis locatifs d’ici 2028, en incitant les promoteurs immobiliers à en bâtir davantage au moyen de prêts à faible intérêt.

À lire également

Ottawa fait pleuvoir une foule de petits cadeaux

11 choses à retenir du budget fédéral 2019

Un premier achat de maison plus accessible

1,7 milliard pour former les travailleurs

Trop peu pour les entreprises

Une solution possible pour le financement du tramway à Québec

Traversiers: deux contrats potentiels pour Davie

« L’augmentation de l’offre permettra de veiller à ce que les prix des habitations augmentent à un rythme modéré, et d’assurer l’abordabilité de l’accession à la propriété ou de la location pour un plus grand nombre de Canadiens », a estimé le ministre des Finances Bill Morneau, mardi.

Le gouvernement fédéral veut ainsi donner un peu d’oxygène aux régions où l’offre locative est extrêmement faible, comme à Toronto, Vancouver, mais également au Québec.

À Montréal, seulement 1,9 % des logements sont inoccupés. À Gatineau, cette proportion est d’à peine 0,7 %. Pendant ce temps, le loyer moyen progresse, notamment dans la métropole où il se situe aujourd'hui à 796 $, un bond de 2,5 % depuis un an.

Les locataires déçus

Cette nouvelle initiative de financement représente trop peu pour les groupes de défense des droits des locataires, qui souhaitaient que le gouvernement libéral finance immédiatement la construction de logements à loyer modiques.

«Le programme annoncé va pouvoir servir à des promoteurs pour toutes sortes de projets. On ne va pas à l’essentiel, qui est d’aider les personnes les plus mal prises à se payer un loyer ou à trouver un logement abordable», a déploré en entrevue Véronique Laflamme, du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

Depuis la mise sur pied du programme fédéral initial, en 2017, seulement 500 logements locatifs ont été annoncés.

Ottawa doit aussi annoncer le 1er avril sa nouvelle stratégie de réduction de l’itinérance, un programme de 2,2 milliards $. Le gouvernement fédéral va également mettre sur pied un groupe d’experts sur l’offre de logement, et débloquer 10 millions par année, sur 5 ans, pour que l’Agence du revenu du Canada ait les moyens d’enrayer les fraudes immobilières qui privent Ottawa de recettes fiscales.

Dans la même catégorie