/finance/homepage

Un premier achat de maison plus accessible

Philippe Orfali | Agence QMI 

Avec un nouveau programme d’aide à l’achat d’une première maison et la bonification du Régime d’accès à la propriété (RAP), qui passe de 25 000 $ à 35 000 $, le gouvernement Trudeau reconnaît enfin qu’il est plus difficile que jamais de devenir propriétaire.

Après avoir ciblé les aînés et les familles dans ses précédents budgets, Ottawa se tourne maintenant vers les jeunes adultes avec son nouvel Incitatif à l’achat d’une première propriété (IAPP).

À LIRE ÉGALEMENT

Ottawa fait pleuvoir une foule de petits cadeaux

11 choses à retenir du budget fédéral 2019

1,7 milliard pour former les travailleurs

Trop peu pour les entreprises

Une solution possible pour le financement du tramway à Québec

Traversiers: deux contrats potentiels pour Davie

L’IAPP est une sorte de prêt hypothécaire offert par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), pour lequel aucun remboursement mensuel ne sera requis et qui fera baisser le coût de l’hypothèque habituelle. La mesure est évaluée à 1,25 milliard $ sur 3 ans. Ottawa s’attend à ce que 100 000 foyers en bénéficient.

Comment ça marche ?

Concrètement, Ottawa va offrir un prêt de 10 % du prix de la propriété pour les constructions neuves, et de 5 % pour les bâtiments existants. Cela fera baisser le montant de l’hypothèque traditionnelle, qui continuera d’être obtenue auprès d’une institution financière. Le montant de l’IAPP ne serait remboursable qu’au moment de la vente de la maison, selon les plans préliminaires d’Ottawa.

Un exemple ? Pour l’achat d’une maison de 400 000 $, avec une mise de fonds de 5 % et un prêt hypothécaire de la SCHL de 5 % (20 000 $), l’hypothèque passera de 380 000 $ à 360 000 $. Les paiements d’hypothèques mensuels vont donc baisse de 230 $ dans le cas d’une hypothèque à taux fixe de 3,5 % amortie sur 25 ans.

Mais attention, les conditions sont déjà nombreuses. Pour profiter du programme, il faudra :

- Être un premier acheteur

- Faire une mise de fonds inférieure à 20 % du prix total de la propriété,

- Avoir un revenu familial de moins de 120 000 $

Le programme devrait être en place dès l’automne... soit à quelques semaines de l’élection.

Sortir plus d’argent du REÉR

De plus, les premiers acheteurs pourront aller piger 35 000 $ dans leurs régimes enregistrés d’épargne-retraite (REÉR) pour acheter une première maison, grâce à un Régime d’accès à la propriété (RAP) bonifié. C’est 10 000 $ de plus qu’en ce moment.

Un couple pourra donc retirer un total de 70 000 $ de ses REÉR pour faire sa mise de fonds ou payer divers coûts liés à la nouvelle demeure. Il disposera toujours de 15 ans pour renflouer son REÉR sans pénalité.

Enfin, dans le cas d’une séparation, on pourra à nouveau se tourner vers le RAP. Un couple qui se sépare après avoir remboursé son RAP pourra donc en bénéficier de nouveau. Actuellement, on ne peut «rapper» que si l’on n’est plus propriétaires depuis au moins quatre ans.

Le test de résistance est là pour rester

Plusieurs groupes avaient demandé à Ottawa d’intervenir afin de faciliter l’accès à la propriété. Du côté des institutions financières, on souhaitait qu’Ottawa abolisse ou relâche le fameux «test de résistance» à la hausse des taux hypothécaires. À cause de ce test, un ménage doit prouver qu’il a les reins assez solides pour faire face à une hausse de taux hypothécaires d’au moins 2 % par rapport à son taux actuel.

Or, le gouvernement Trudeau a laissé intact ce test mis en place l’an dernier. «On va continuer à regarder ça, pour que le test fonctionne comme prévu. On ne veut pas que les Canadiens s’endettent davantage au fil du temps. C’est l’inverse qui va se passer avec l’Incitatif. Et comme on encourage la construction de résidences neuves avec l’IAPP, ça va accroître le parc résidentiel.»

Dans la même catégorie