/finance/homepage

Des baisses d’impôt pour les travailleurs de 60 ans et plus

Marc-André Gagnon | Bureau parlementaire 

Confronté à une pénurie de main-d’œuvre combinée au vieillissement de la population, le gouvernement Legault accordera des baisses d’impôts additionnelles totalisant 100 M$ par année pour les 60 ans et plus qui continuent de travailler.

À l’heure actuelle, les règles fiscales, encouragent seulement les travailleurs de 61 ans et plus à rester le plus longtemps possible sur le marché du travail.

À lire également

Un budget dépensier, des engagements incomplets

Voici 10 choses à retenir du premier budget caquiste

Des milliards pour rénover et construire des écoles

Des promesses pour les familles à la merci de l’économie

Québec prévoit doubler le nombre de véhicules électriques d’ici deux ans

La dette du Québec s’alourdira de 3,4 milliards $

Le cannabis rapporte moins que prévu

Des vaches à lait très rentables

Québec met les bouchées doubles pour le transport en commun à Montréal

L’âge d’admissibilité à ce crédit d’impôt, rebaptisé «pour la prolongation de carrière» par le gouvernement Legault, est abaissé à 60 ans. Le niveau de revenu à partir duquel un travailleur de 60 ans paie de l’impôt passera quant à lui de 18 129 $ à 28 226 $.

«Si on résume, on a un 10 000 $ additionnel sur lequel un travailleur québécois de 60 ans et plus ne paiera pas d’impôt», a expliqué Sylvain Gilbert, fiscaliste associé chez Raymond Chabot Grant Thornton.

Québec estime qu’environ 44 000 travailleurs âgés de 60 ans bénéficieront d’une aide fiscale moyenne de 955 $.

Les travailleurs de 61 à 64 ans qui bénéficient déjà du crédit d’impôt, au nombre de 114 000, profiteront d’un gain moyen de 550 $.

«Près de 158 000 travailleurs pourront profiter de cette mesure dès 2019», estime le ministre des Finances, Éric Girard. De ce nombre, 20 000 n’auront plus d’impôt provincial à payer.

Écart avec l’Ontario

Avec cette mesure, le gouvernement caquiste souhaite aussi s’attaquer à l’écart qui existe actuellement entre le Québec et l’Ontario à l’égard du nombre de personnes de 60 ans et plus à l’emploi.

«Le Québec tire de l’arrière, a expliqué le ministre Girard. [...] En 2018, le taux d’emploi chez les 60 ans et plus au Québec était inférieur de plus de 4 points de pourcentage au taux d’emploi observé en Ontario. [...] Si le taux d’emploi du Québec rattrapait celui de l’Ontario, le Québec pourrait compter sur plus de 89 000 travailleurs additionnels.»

Environ 34 000 PME bénéficieront aussi d’un allègement fiscal afin d’inciter les travailleurs d’expérience à demeurer ou à retourner sur le marché du travail, que ce soit à temps complet ou temps partiel. À terme, cette mesure coutera près de 339 M$ sur cinq ans à l’État.

Le coût des baisses d’impôts accordées aux travailleurs de 60 ans et plus se chiffre quant à lui à 533 M$ d’ici 2023-2024.

Dans la même catégorie